•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chercheurs canadiens entreprennent la plus importante étude sur le vieillissement au pays

Plus de 160 chercheurs de partout au pays lancent la plus vaste étude sur le vieillissement jamais réalisée au Canada.

À Ottawa, 3000 personnes seront suivies par une équipe médicale pendant les 20 prochaines années. Les résultats devraient permettre d'améliorer la qualité de vie des aînés.

D'ici 20 ans, le nombre de personnes âgées aura doublé en Ontario, pour atteindre 3,7 millions, selon Statistiques Canada. Ce vieillissement de la population motive le lancement d'une large étude pancanadienne.

En tout, 50 000 Canadiens se prêteront à une série de tests sanguins, moteurs, visuels et psychologiques pendant 20 ans. L'étude devrait permettre de mieux comprendre le processus du vieillissement.

5 aînés jouent aux cartesPlusieurs aînés s'inquiètent pour la sécurité des personnes âgées en perte d'autonomie

Raymond Middlestead vit dans une résidence pour personnes âgées de Gatineau, il s'inquiète pour la sécurité de certains résidents qui, selon lui, requièrent des soins trop spécialisés pour un centre de personnes autonomes et semi-autonomes.

Il affirme que les centres adaptés manquent de place, une situation qui risque de s'aggraver avec l'arrivée d'un plus grand nombre d'aînés.

On commence déjà à avoir des problèmes pour les personnes qui souffrent d'Alzheimer. Ça prend des maisons pour eux autres.

Raymond Middlestead

Améliorer la qualité de vie des aînés

Selon une chercheuse d'Ottawa qui participe à l'étude, les résultats vont permettre de faire des recommandations afin d'améliorer la santé des aînés.

Vanessa Taler estime que « si on peut prédire qui va développer une démence, on peut commencer tout de suite les traitements et améliorer beaucoup la qualité de vie de cette personne. »

Personnes agées

La présidente régionale de l'Association des retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec, Nicole Morin-Laplante, croit que cette étude doit être une priorité.

Les aînés sont mis de côté, surtout s'ils ont un handicap. Ils n'ont pas assez de places où aller.

Nicole Morin-Laplante, Association des retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec

Nicole Morin-Laplante espère que l'étude mènera à la création de plus de logements adaptés aux personnes âgées et à l'amélioration des soins à domicile pour favoriser leur autonomie.

D'après le reportage de Geneviève Garon

Ottawa-Gatineau

Société