•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Winnipeg : au tour de Wolseley de sentir l'effet du changement de contenant à déchets

Une poubelle collective remplie dans le quartier Wolseley de Winnipeg

Les rebuts s'amoncellent tant qu'il est impossible de fermer les couvercles de certaines poubelles, laissant s'échapper l'odeur nauséabonde des déchets organiques en putréfaction.

Radio-Canada

Après le quartier North End, la transition progressive des poubelles collectives métalliques aux bacs roulants en plastique à Winnipeg fait une autre victime, alors que les bennes à rebuts se remplissent aussi à Wolseley.

Des déchets de grandes dimensions tels que des meubles s'entassent avec des déchets organiques en putréfaction à l'intérieur des vieilles bennes métalliques, condamnées à être remplacées dans le cadre du plan de gestion de la Ville de Winnipeg.

Ce plan prévoyait la distribution de 320 000 bacs et conteneurs de 240 litres entre juin dernier et la fin de septembre.

Toutefois la transition concorde malheureusement avec un manque de camions chez le fournisseur de services de collecte de la Ville. En outre, les citoyens profitent du fait que les poubelles collectives seront bientôt enlevées et ils en profitent pour vider leur maison, selon la Ville.

Livraison de nouveaux bacs roulants à Winnipeg, en juin 2012

La livraison des nouveaux bacs roulants a commencé le 4 juin dernier à Winnipeg. Ils doivent remplacer les vieilles poubelles collectives en métal.

Photo : Josiane Pelosse

Cette tempête conjoncturelle cause une accumulation de déchets imposants et nauséabonds dans le North End et maintenant, à Wolseley.

« C'est très, très, éprouvant et très fétide », s'est plainte une résidente du quartier, Kayla Penelton.

« J'ai appelé [le numéro de téléphone municipal] 311, parce qu'il y a des matelas et du mobilier de grande taille. On m'a répondu qu'ils devaient les ramasser vendredi dernier, mais ils ne sont jamais venus », raconte la résidente.

Un autre citoyen déplore le risque que représente la situation.

« C'est un problème qui pue. Je crois aussi que c'est un risque d'incendie, qui demande uniquement que quelqu'un y mette le feu », opine Mark Liss, en parlant des matelas et des sofas jetés pêle-mêle dans les poubelles collectives.

La Ville affirme avoir effectué une collecte dans le quartier au cours de la dernière semaine, mais les résidents ont confié à Radio-Canada que les déchets y sont depuis près de deux semaines.

La Ville indique également qu'elle s'affairera à rattraper le retard durant le long week-end qui s'amorce, après lequel les poubelles collectives seront remplacées.

Manitoba

Société