•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'emploi a-t-il vraiment progressé sous les libéraux?

Le reportage de Vincent Maisonneuve
Radio-Canada

Mercredi, Jean Charest a fait l'éloge du bilan économique de son gouvernement en affirmant qu'il n'y a jamais eu autant de Québécois sur le marché du travail. Mais est-ce bien le cas? Notre équipe de vérification des faits s'est penchée sur la question.

Selon Jean Charest, le Québec s'est très bien sorti de la crise économique mondiale et les statistiques sur l'emploi en font foi.

« Nous sommes le gouvernement qui a démontré à quel point nous sommes engagés à faire travailler les Québécois puisqu'il n'y a jamais eu autant de Québécois au travail », a déclaré mercredi le premier ministre sortant au premier jour de la campagne.

D'après l'Institut de la statistique du Québec, 3,9 millions de Québécois occupent actuellement un emploi, ce qui en effet ne s'est jamais produit depuis la compilation des données par l'Institut, en 1976.

Jean CharestJean Charest Photo : PC / Jacques Boissinot

Jean Charest a donc raison, mais pas à 100 %. Il faut d'abord tenir compte du fait qu'un nombre plus élevé de Québécois occupent un emploi parce que les Québécois n'ont jamais été aussi nombreux dans la province. La population ne cesse en effet de croître.

Mais parmi les Québécois en âge de travailler, la province a déjà connu une proportion plus grande de personnes au travail. C'était en 2008, alors que le taux d'emploi était de 61 %. Il est aujourd'hui redescendu à 60 %. Au niveau en fait où le gouvernement péquiste l'avait laissé aux libéraux quand ces derniers sont arrivés au pouvoir en 2003.

Qui plus est, le taux d'emploi au Québec est toujours demeuré sous la moyenne canadienne au cours de la même période.

Le premier ministre Charest peut cependant se réjouir du taux de chômage, qui a reculé au Québec au cours des 9 dernières années. En 2003, le taux de chômage oscillait au Québec autour de 10 % alors qu'il était de 7,7 % en juin dernier.

D'après les reportages de Thomas Gerbet et de Vincent Maisonneuve

Politique