•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
baillestottkayak

Tim Baillie (à gauche) et Etienne Scott (de mère québécoise)

Photo : AFP / YURI CORTEZ

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La médaille d'or qu'a remporté le Britannique Étienne Stott avec son partenaire Tim Baillie, jeudi, en kayak biplace de slalom, éclaire un peu le Québec.

La mère de Stott est en effet québécoise. Il a la double nationalité canadienne et britannique, bien qu'il soit né en Angleterre, à Manchester.

Baillie et Stott ont décroché la médaille d'or au terme d'une épreuve très relevée devant des spectateurs survoltés. Ils ont devancé leurs compatriotes David Florence et Richard Hounslow sur le bassin olympique de Lee Valley.

« C'est juste un sentiment incroyable. Nous sommes très fiers », a réagi Stott avant de monter sur le podium.

Les jumeaux slovaques Pavol et Peter Hochschorner, triples champions olympiques, ont fini au 3e rang.

Partis premiers, Baillie et Stott ont réussi un parcours sans faute avec un temps de référence de 106,41 s, qu'aucune des cinq embarcations suivantes n'est parvenue à améliorer.

L'autre équipage britannique a également réalisé un passage sans pénalité, mais en 106,77.

Baillie et Stott, tous les deux âgés de 33 ans, ne comptaient jusque-là qu'une médaille de bronze aux Championnats d'Europe de 2009.

Aucun Canadien ne participait à cette épreuve.

La médaille de Fer

En kayak féminin de slalom, Émilie Fer a triomphé en s'imposant en finale devant l'Australienne Jessica Fox et l'Espagnole Maialen Chourraut.

La Française a réussi un temps de 105,90, contre 106,51 pour Fox et 106,87 pour Chourraut.

Fox, la fille de Myriam Jerusalmi, médaillée de bronze française aux Jeux d'Atlanta en 1996, et du Britannique Richard Fox, quintuple champion du monde de kayak, devient donc médaillée d'argent à seulement 18 ans, deux semaines après avoir conservé ses titres mondiaux juniors.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !