•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Elles l'ont leur médaille!

Le huit féminin
Le huit féminin avec sa médaille d'argent Photo: La Presse canadienne / Sean Kilpatrick

Le huit féminin canadien a vengé l'échec de Pékin en décrochant la médaille d'argent, jeudi, au bassin d'Eton Dorney.

Plus rapides des vagues de qualifications dimanche, les Canadiennes n'ont pas été en mesure de refaire le coup aux Américaines, invaincues depuis les Jeux de Pékin.

Troisième après 500 m, l'embarcation canadienne est remontée au 2e rang à mi-course, position qu'elle a conservée jusqu'à la fin malgré la pression exercée par les Néerlandaises.

Les Canadiennes, vice-championnes du monde, ont conclu l'épreuve en 6 min 12 s 6/100, à 1,07 s des Américaines. Les Néerlandaises ont suivi en 3e place (6:13,12).

« Je l'ai ma médaille! Ça fait du bien. Et aujourd'hui, c'était l'argent. Nous avons fait une très belle course et nous sommes fières de ce que nous avons accompli. Notre plan de match était de nous concentrer sur notre bateau et, au départ, nous ne voulions pas avoir de regrets », a expliqué la Montréalaise Andréanne Morin, la première Québécoise à gagner une médaille olympique dans le huit féminin.

Menées par la barreuse Lesley Thompson-Willie, 52 ans et 5 Jeux olympiques, les Canadiennes n'ont pas fait la même erreur qu'à Pékin. En 2008, elles avaient mené pendant les trois quarts de la course avant de se faire dépasser dans les derniers mètres pour se faire souffler le podium par trois autres équipages.

La défaite, les filles l'ont pansée pendant les quatre dernières années. Quand elles s'échinaient à enfiler les kilomètres au mois de novembre sous la pluie froide, quand ce n'était pas les flocons, c'est à cet échec qu'elles pensaient.

Jeudi, quand les Néerlandaises les talonnaient, il n'était pas question qu'elles leur refassent le coup de Pékin. Pas cette fois.

Après deux tentatives infructueuses à Athènes et à Pékin, la chef de nage québécoise Morin pourra donc prendre sa retraite et retourner à ses études en droit, à l'Université de Montréal, la tête tranquille.

Le huit féminin était complétée par Janine Hanson, Rachelle Viinberg, Krista Guloien, Lauren Wilkinson, Natalie Mastracci, Ashley Brzozowicz et Darcy Marquardt.

Deux finales B pour les Canadiens

Lindsay Jennerich (gauche) et Patricia ObeeLindsay Jennerich (gauche) et Patricia Obee Photo : AFP / Francisco Leong

En deux de couple poids léger, Lindsay Jennerich et Patricia Obee ont raté la finale A par 2,5 s.

Considérées comme un espoir de médaille, les Canadiennes ont dû se contenter du 4e rang (7:14,83) de leur demi-finale. Seules les trois premières avancent à la finale A.

Sixième aux trois quarts de la course, Jennerich et Obee, qui soigne une blessure aux côtes, ont signé le meilleur chrono du dernier 500 m, mais c'était trop peu trop tard.

« J'avais vraiment confiance qu'on puisse finir parmi les trois premières. Mais les autres équipages étaient vraiment très forts », a dit Obee.

Chez les hommes, le quatre de pointe canadien devra également se satisfaire d'une finale B.

Les Canadiens Michael Wilkinson, Anthony Jacob, Will Dean et Derek O'Farrell se sont classés 5es (6:08,9) de leur demi-finale, dominée par les Américains, les Grecs et les Allemands.

« C'est vraiment décevant. Les six dernières années ont été longues et nous pensions vraiment que nous pouvions faire une bonne course et nous rendre en finale, ce qui était notre but. Nous avons cru au plus profond de nous-mêmes que nous méritions notre place, c'est décevant », a laissé tomber O'Farrell.

Remontée spectaculaire

En deux de couple, les Néo-Zélandais Nathan Cohen et Joseph Sullivan ont effectué toute une remontée pour s'imposer grâce à un temps de 6:31,67.

Sixième et dernier au passage du 500 m, le duo occupait encore le 4e rang 1000 m plus loin. C'est dans les 500 derniers mètres qu'ils ont amorcé leur fulgurante remontée pour aller chercher l'or.

Les Italiens Alessio Sartori et Romano Battisti (6:32,8) ont enlevé l'argent devant les Slovènes Luka Spik et Iztok Cop (6:34,35).

Les Canadiens Michael Braithwaite et Kevin Kowalyk, eux, ont fini 6es et derniers de la finale B.

Les Sud-Africains titrés

En quatre de pointe poids légers, la victoire est allée aux Sud-Africains qui ont soutiré la victoire aux Britanniques et aux Danois.

Quatrièmes après 1500 m, les Sud-Africains ont concrétisé leur victoire dans les derniers mètres. En 6:02,84, ils ont coiffé la Grande-Bretagne (6:03,09) et le Danemark (6:03,16).

Le rêve d'enfance d'Andréanne Morin

Aviron

Sports