•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Huit joueuses disqualifiées, le Canada réintégré

Wang Xiaoli (droite) et Yu Yang

Wang Xiaoli (droite) et Yu Yang

Photo : AFP / Adek Berry

Radio-Canada

Huit joueuses de badminton, 4 équipes de double, ont été disqualifiées du tournoi olympique en raison de leur comportement antisportif aux Jeux de Londres.

Sont visées les meilleures au monde, les Chinoises Yu Yang et Wang Xiaoli, les Indonésiennes Meiliana Juahari et Polii Greysia, ainsi que les Sud-Coréennes Jung Kyung, Kim Ha-na, Ha Je et Kim Min-jung.

Les délégations des huit joueuses avaient fait appel de la décision de la Fédération internationale de badminton (BWF), qui l'a rejetée. On attend une décision du Comité international olympique (CIO) qui avait choisi, avant la décision en appel, de laisser aux athlètes leurs accréditations, donc de ne pas les exclure.

En raison du rejet de l'appel et de la disqualification confirmée des quatre équipes, le Canada retrouve sa place dans le tournoi.

Les Canadiennes Alex Bruce et Michele Li sont réintégrées en quarts de finale et affronteront à 12 h 49 (HAE) les Australiennes Leanne Choo et Renuga Veeran.

Les Canadiennes Bruce et Li avaient perdu leurs trois matchs des préliminaires et avaient terminé au 4e et dernier rang du groupe A. Elles ont maintenant été créditées de deux victoires contre les Sud-Coréennes et les Chinoises Yu et Wang.

De courts échanges éveillent les soupçons

La décision a été prise mercredi à la suite des soupçons de la BWF. Elle avait accusé la veille huit joueuses du tournoi de double féminin de ne pas avoir fait « tout leur possible » pour remporter deux rencontres à Londres.

Les quatre équipes de double ciblées étaient passibles de sanctions disciplinaires, et le CIO a agi fermement.

Elles ne sont toutefois pas soupçonnées d'avoir voulu manipuler ces rencontres à des fins d'enrichissement personnel en liaison avec des réseaux de paris illicites.

C'est mardi, lors des derniers matchs de groupe, que la BWF a soupçonné les joueuses.

Déjà qualifiées pour le tour suivant, les Chinoises Yu Yang et Wang Xiaoli, numéros un mondiales, et les Sud-Coréennes Jung Kyung et Kim Ha-na s'affrontaient dans leur dernier match du groupe A. Les Chinoises auraient délibérément perdu (14-21 et 11-21) pour ne pas affronter leurs compatriotes Tian Qing et Zhao Yunlei, 2es du groupe B et numéro deux mondiales. Le match n'a compris aucun échange de plus de quatre coups.

« Nous étions déjà qualifiées, pourquoi aurions-nous dû gaspiller notre énergie?, s'est défendu Yu à l'issue du match. Ce n'est pas nécessaire d'être à fond maintenant, alors que la phase d'élimination directe commence mercredi. »

« C'est contraire à l'esprit olympique de jouer comme cela, a poursuivi l'entraîneur en chef de la Corée du Sud Sung Han-kook. Comment les numéros un mondiales peuvent-elles jouer comme cela? »

L'autre match ciblé est celui entre les Sud-Coréennes Ha Je et Kim Min-jung et les Indonésiennes Meiliana Juahari et Polii Greysia. Les Sud-Coréennes l'ont emporté en trois manches chaudement disputées, ce qui évite aux Indonésiennes un affrontement contre les numéros un mondiales... chinoises!

L'arbitre du tournoi Torsten Berg est venu sur le court pendant le match entre les Sud-Coréennes et les Indonésiennes pour avertir les joueuses sur leur comportement. Il a semblé montrer un carton noir, synonyme d'élimination, mais celui-ci a apparemment été annulé.

« Nous avons examiné sérieusement le cas. En tant qu'arbitre, j'ai pris une décision et fait un rapport à la BWF qui sera connue en temps voulu », avait dit M. Berg.

La délégation olympique chinoise, elle, a ouvert une enquête.

« Le Comité olympique chinois s'oppose à toute attitude qui violerait l'esprit sportif et la morale », avait précisé un porte-parole.

Badminton

Sports