•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Côte-Nord : une étude défend le système actuel de redevances minières

Pointe-Noire à Sept-Îles

Pointe-Noire à Sept-Îles

Photo : Evelyne Côté

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La firme de services-conseils KPMG-Secor publie une étude qui défend le système actuel de redevances minières fondé sur les profits des entreprises.

Le directeur de l'étude, Renault-François Lortie, affirme que le régime en vigueur au Québec, qui prélève 16 % des profits engrangés par les entreprises, constitue un bon équilibre.

Il estime que l'augmentation des redevances au Québec pourrait mettre en péril des investissements futurs.

« Lorsqu'on a un système de redevances basé sur les profits, ça permet de passer à travers les cycles miniers plus facilement. Et ce système permet à des producteurs à coût moyen ou élevé de rester en affaires », explique le directeur de l'étude.

La juste part d'ArcelorMittal

Au cours des deux dernières années, ArcelorMittal a versé 400 millions de dollars en redevances, soit plus de la moitié de la somme perçue au Québec pour cette période.

Selon le porte-parole de la compagnie, Éric Tétrault, le gouvernement Charest a prélevé le maximum qu'il pouvait sur les profits des minières.

Un régime qui serait plus strict, pour ce qui est des redevances, pourrait faire fuir quelques investissements et le jeu ne vaut pas la chandelle.

Une citation de : Éric Tétrault, porte-parole d'ArcelorMittal

Le Parti québécois préconise plutôt, quant à lui, un régime hybride qui permettrait d'augmenter les redevances minières.

Même si le parti prenait le pouvoir lors des prochaines élections provinciales, Éric Tétrault ne croit pas qu'il toucherait au système actuel. « Je pense que c'est un aspect qui est très sensible », ajoute-t-il.

L'étude du cabinet-conseil KPMG-Secor est réalisée en partie grâce au financement de l'industrie minière.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Est du Québec