•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le scarabée japonais fait des ravages dans les jardins

Le scarabée japonais

Le scarabée japonais

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le scarabée japonais a envahi de nombreux jardins de plusieurs régions du Québec et il est devenu un des pires cauchemars des jardiniers amateurs. L'insecte fait de véritables ravages lorsqu'il s'attaque aux plantes et aux arbres.

Les insecticides ont peu ou pas d'effet sur le scarabée japonais. Au Canada, il n'existe pas de prédateur naturel pour contrer l'insecte.

Les jardiniers doivent plutôt le piéger avec de la phéromone pour ensuite le noyer dans l'eau savonneuse. Certaines pépinières ont vu leur vente de pièges exploser au cours de l'été.

Le scarabée japonais est vorace et il détruit les feuilles des plantes, fait remarquer la pépiniériste Karelle Forcier.

« Ils font des trous dans les feuilles. Il ne reste que les petites rainures. »

— Une citation de  Karelle Forcier, pépiniériste

L'insecte est venu d'Asie dans les années 1930. Il mesure environ 1 centimètre et il est brun cuivre et vert métallique. Il affectionne particulièrement les arbres fruitiers, les vignes et les roses.

Les jardiniers peuvent se procurer des pièges comme celui-ci.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les jardiniers peuvent se procurer des pièges comme celui-ci.

Tout comme les vers blancs, il fait son nid dans les pelouses pour en sortir lorsque le temps est chaud et sec. L'insecte est particulièrement actif en juillet et en août, mais il est présent pendant toute l'année.

Les efforts acharnés et la coopération entre voisins peuvent avoir un effet sur la disparition du scarabée japonais.

C'est ce que Pauline Caron, une résidente du secteur de Hull à Gatineau, tente de faire pour éliminer l'insecte qui est présent chez elle depuis deux ans. Elle a essayé plusieurs insecticides, mais en vain. « Ils nous ont dit qu'il fallait qu'on se mette ensemble pour les détruire », lance-t-elle.

D'après un reportage de Geneviève Côté.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !