•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vinokourov, le fin renard

Alexander Vinokourov
Alexander Vinokourov Photo: AFP / Carl de Souza

Alexander Vinokourov a bien fait de prolonger sa carrière d'un an. Contre toute attente, le Kazakh de 38 ans s'est imposé dans la course sur route samedi, à Londres, pour ainsi mettre un point final à sa carrière avec une médaille d'or.

Au terme de la course de 249 km, Vinokourov a devancé son compagnon d'échappée des 9 derniers kilomètres, le Colombien Rigoberto Uran.

Le Norvégien Alexander Kristoff a réglé le peloton sur le « Mall » pour monter sur la troisième marche du podium.

« Oui, j'arrête. Les grands champions comme Virenque et Jalabert ont fini sur une belle page », a dit le champion du jour.

Uran aurait dû se méfier d'un vieux loup comme Vinokourov. Pendant qu'il regardait par-dessus son épaule gauche pour voir où se trouvait le reste de l'échappée, à 300 m de l'arrivée, il s'est fait déborder sur la droite par le Kazakh.

Vinokourov, qui a été suspendu deux ans pour dopage en 2007, avait gagné la médaille d'argent dans la même épreuve à Sydney en 2000.

Victime d'une lourde chute dans la neuvième étape du Tour de France l'an dernier, qui avait freiné ses ambitions, Vinokourov avait alors décidé de rester en selle une saison de plus.

Tous pour un

Pour les Britanniques, la déception est amère, car ils misaient tout sur le champion du monde Mark Cavendish. Pourtant, bien installés aux commandes devant le peloton, ils ont roulé à fond de train pour combler l'écart qui les séparait des hommes de tête. Mais avec 7 km à la course, le champion du Tour de France, Bradley Wiggins, a jeté l'éponge, constatant que leurs efforts restaient vains.

Les Britanniques ont finalement rallié l'arrivée à 40 secondes du vainqueur, tout comme Ryder Hesjedal, seul Canadien en lice, 62e.

Une échappée de 11 coureurs, qui s'est forgé jusqu'à 6 minutes d'avance, a animé la course pendant une bonne partie de l'épreuve. À force de contre-attaquer, Philippe Gilbert a fait faux bond au peloton dans la dernière et neuvième ascension de Box Hill, avec 50 km à la course.

Le Belge, victorieux du Grand Prix de Québec l'an dernier, a réussi à faire la jonction avec l'échappée après avoir roulé en solitaire pendant une quinzaine de kilomètres.

Sauf que dans la descente de Box Hill, une autre quinzaine de coureurs a émergé du peloton, dont l'Espagnol Luis Leon Sanchez et le Suisse Fabian Cancellara.

Après la course, le Britannique David Millar a écrit sur Twitter que Cavendish avait les jambes pour filer avec l'échappée au sommet de Box Hill, mais il a fait confiance à ses coéquipiers pour rejoindre l'échappée.

Cancellara, qui dictait le rythme en tête de l'échappée, a vu ses chances de médaille s'envoler quand, à 15 km de l'arrivée, il a mal négocié un virage pour se retrouver tête première dans la barrière de sécurité. Blessé à l'épaule droite, il a terminé la course, mais a ensuite mis le cap sur l'hôpital. Il n'a pas de fracture, mais son cas est incertain pour le contre-la-montre de mercredi.

Cyclisme

Justice et faits divers