•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La numérotation à dix chiffres dès dimanche au Manitoba

Un clavier de téléphone

Un clavier de téléphone

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Dès dimanche, les Manitobains devront apprendre à constamment composer l'indicatif régional « 204 » avant de téléphoner.

En plus, ils devront apprendre à composer avec un second indicatif, le « 431 » dès novembre prochain.

Le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a décidé en 2010 d'introduire le nouvel indicatif ainsi que la composition à dix chiffres, estimant que les combinaisons possibles pour l'indicatif « 204 » seront épuisées vers 2013.

L'épuisement des numéros de téléphone possibles est principalement dû à l'augmentation croissante du nombre de téléphones cellulaires et intelligents, la population manitobaine n'étant que de 1,2 million de personnes.

La division géographique des indicatifs régionaux n'est plus en vigueur depuis le début des années 2000, rappelle Lucie Papineau Puglièse, porte-parole de l'Alliance des télécommunicateurs.

« Maintenant on introduit un indicatif régional en utilisant une méthode qu'on appelle de “superposition” : autrement dit, le nouvel indicatif régional va s'appliquer à travers tout le territoire qui est déjà desservi, en ce moment, par l'indicatif 204 », explique-t-elle.

« Ce que ça veut dire, c'est tout simplement que, à l'avenir, il est possible que vous ayez dans une même demeure un numéro avec le 204 et [un autre] avec le 431. »

— Une citation de  Lucie Papineau Puglièse, porte-parole pour l'Alliance des télécommunicateurs

L'Alliance que représente Mme Puglièse a été créée dans le but de sensibiliser la population aux changements introduits par le CRTC.

La Ville de Winnipeg avait mis sur pied un groupe de travail en 2011 afin d'évaluer les répercussions de la composition à dix chiffres. Elle détient plus de 10 000 numéros de téléphone et plusieurs bases de données.

Entre autres, la Ville a dû modifier l'information sur plus de 7000 pages de leur site web.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !