•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conflit de travail à l'hôtel Hyatt Regency de Montréal

Les employés de l'hôtel Hyatt de Montréal, le 25 juillet.

Les employés de l'hôtel Hyatt de Montréal, le 25 juillet.

Radio-Canada

Le reportage de Catherine Kovacs

Un conflit de travail a éclaté mercredi matin entre les 300 employés de l'hôtel Hyatt Regency de Montréal et la partie patronale.

Les employés affiliés à la Confédération des syndicats nationaux (CSN) ont arrêté de travailler, disant avoir été mis en lock-out par la direction. Plus tôt, ils s'étaient présentés avec un foulard orange autour du cou en guise de moyen de pression pour dénoncer la lenteur des négociations pour le renouvellement de leur convention collective.

La direction a jugé ce geste inacceptable, disant que cela contrevient au code vestimentaire de l'établissement.

L'hôtel Hyatt Regency dit qu'il ne s'agit pas d'un lock-out, et que les 300 employés pourront reprendre le travail s'ils retirent leur foulard.

Les employés se disent déçus de la position patronale, puisqu'ils faisaient jusqu'à présent leur travail sans recourir à des moyens de pression.

En après-midi, ils ont voté à 94 % pour la grève générale illimitée

Une séance de négociation était aussi prévue mercredi, en présence du conciliateur du ministère du Travail.

Les travailleurs de 35 grands hôtels négocient actuellement le renouvellement de leur convention collective. Les syndiqués réclament des augmentations de salaire de 5 % par année, sur trois ans. La partie patronale, elle, veut plus de flexibilité quant aux heures travaillées.

Selon Claude Harrisson, président du syndicat des travailleurs de l'hôtel le Méridien de Montréal, certaines demandes des employeurs sont inacceptables.

« Ils veulent nous faire reculer de 20 ans. Concernant le nombre d'heures garanties pour un quart de travail, ils veulent faire passer tout le monde de huit à quatre heures. Il y a aussi l'augmentation des repas, qui est de 7 $ plus taxes. On ne peut pas accepter ça », dit-il.

Les 35 syndicats représentent 5500 travailleurs du secteur de l'hôtellerie, surtout à Montréal.

Économie