•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le lien entre l'éclairage de nuit et la dépression se précise

Une femme dort devant la télévision.
Photo: iStockphoto
Radio-Canada

L'exposition à la lumière artificielle pendant la nuit induit des comportements de type dépressif chez le hamster, ont montré des chercheurs américains.

Selon Tracy Bedrosian et ses collègues de l'Université d'État de l'Ohio, cette source de lumière modifie l'expression des hormones chez ces rongeurs d'une façon qui s'apparente à celle que l'on observe chez les humains déprimés.

Les résultats obtenus chez les hamsters sont similaires aux observations de la dépression chez les humains.

Tracy Bedrosian

Toutefois, l'effet est réversible une fois l'obscurité revenue. La période d'acclimatation peut cependant prendre jusqu'à deux semaines.

D'après les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Molecular Psychiatry, l'éclairage artificiel nocturne pourrait expliquer, en partie du moins, l'augmentation des dépressions constatée chez les humains depuis les 50 dernières années.

Ces travaux s'ajoutent à de nombreux autres qui lient l'exposition à la lumière chronique durant la nuit à la dépression et à l'obésité chez des modèles animaux.

L'élément nouveau de cette étude réside dans l'identification d'une certaine protéine, appelée facteur de nécrose tumorale, dont le rôle serait central dans le lien entre l'éclairage de nuit et la dépression.

Les chercheurs ont en effet découvert que le fait de bloquer cette protéine empêche les hamsters de développer des symptômes de la dépression, même lorsqu'ils sont exposés à une source nocturne de lumière.

Santé