•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Premiers Jeux paralympiques pour un athlète de Saskatoon

Alexandre Dupont lors de sa participation au 400 m en fauteuil roulant lors des Jeux du Canada en août 2009 à Charlottetown.

Alexandre Dupont lors de sa participation au 400 m en fauteuil roulant lors des Jeux du Canada en août 2009 à Charlottetown.

Photo : La Presse canadienne / ANDREW VAUGHAN

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Alors que tous les yeux seront tournés vers Londres vendredi pour la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques, Alexandre Dupont sera encore à l'entraînement à Saskatoon.

Cet athlète québécois installé en Saskatchewan depuis quelques années s'apprête à vivre son rêve sportif.

À la fin août, il s'offrira pour son 27e anniversaire une participation aux Jeux paralympiques de Londres où il portera les couleurs du Canada. Il se mesurera aux meilleurs en athlétisme en fauteuil roulant.

Le jeune homme a commencé à s'intéresser à la discipline après avoir été amputé de la jambe droite en 2003 à la suite d'un grave accident de moto.

Après sept années d'efforts et d'entraînement, il participera à Londres aux épreuves individuelles de 400, 800 et 5000 m. C'est toutefois dans le relais de 4 x 400 m qu'il fonde le plus d'espoir.

« Il ne faut pas être trop excité non plus, parce qu'on va arriver là et il ne faut pas que je craque », explique Alexandre Dupont.

À trois semaines du grand départ pour l'Europe, les entraînements sont plus intenses, mais moins nombreux. « Le but, c'est d'arriver là-bas le plus fort possible, sans être fatigué », souligne-t-il.

Alexandre DupontAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Alexandre Dupont

Photo : Fonds des athlètes canadiens

Ses coéquipiers canadiens et lui sont classés premiers dans la discipline du 4 x 400 m. Si les chances de médailles de l'équipe sont bien réelles, Alexandre Dupont garde la tête sur les épaules.

« Être numéro 16, ça ne fait pas de toi un gars qui va aller sur le podium au 400 m, sauf que si on en prend quatre comme ça, ça fait une équipe de relais assez solide », estime-t-il.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !