•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Nouveau-Brunswick va mettre en place un réseau d'électricité intelligent

Monteur de ligne
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La société Énergie Nouveau-Brunswick dévoile un accord conclu avec l'entreprise Siemens Canada pour la modernisation de son réseau d'électricité.

Le gouvernement a présenté cet accord, mercredi, à Fredericton.

L'entreprise Siemens devra entre autres préparer une feuille de route pour orienter le développement énergétique de la province. Énergie Nouveau-Brunswick veut mettre au point un réseau informatisé dit « intelligent » pour la distribution d'électricité.

Dans le cadre du partenariat, Siemens va ouvrir un centre de recherche et développement à Fredericton. L'entreprise prévoit employer 40 personnes dans ce service.

Gaëtan Thomas, président-directeur général d'Énergie Nouveau-Brunswick, estime que l'utilisation d'un réseau intelligent va aider les abonnés à mieux gérer leur consommation d'électricité. Il explique, par exemple, qu'en réduisant volontairement d'un seul degré la température des domiciles lors des périodes de pointe, il serait possible d'épargner plusieurs mégawatts.

Il s'agit de mieux équilibrer la demande et les périodes de production intensive. On souhaite que cela permette de stabiliser les tarifs et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Énergie Nouveau-Brunswick espère réduire le besoin de produire de l'électricité à coûts élevés ou de construire des centrales, par exemple.

L'investissement reste à déterminer

Énergie Nouveau-Brunswick ne précise pas les sommes qu'elle paiera à Siemens. Elle explique que ce montant dépend de décisions qui ne sont pas encore prises. Un investissement sera nécessaire au départ, mais Fredericton croit pouvoir réaliser des économies par la suite.

Probablement, ça va coûter des millions de dollars chaque année, mais c'est clair que c'est un investissement. Ça va [faire économiser] plusieurs millions de dollars pour, certainement, la corporation Énergie Nouveau-Brunswick, mais aussi pour chaque Néo-Brunswickois et Néo-Brunswickoise, chaque contribuable.

David Alward, premier ministre du N.-B.

L'entreprise Siemens, fondée en 1847, compte 360 000 employés dans 190 pays. Énergie Nouveau-Brunswick, établie en 1920, compte pour sa part 2300 employés et plus de 345 000 abonnés.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !