•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Conseil de la fédération : Northern Gateway se profile comme pomme de discorde

Christy Clark

La première ministre Christy Clark.

Photo : gov.bc.ca

Radio-Canada

Le reportage de Laurent Pirot

À deux jours des réunions du Conseil canadien de la fédération, la première ministre de la Colombie-Britannique a réitéré que son aval au projet Northern Gateway dépendra de la possibilité d'obtenir une plus grande part des revenus du futur pipeline de la compagnie Enbridge.

Christy Clark a ainsi rejetté l'affirmation de la première ministre de l'Alberta, Alison Redford, qui a déclaré par voie de communiqué lundi que Christy Clark manquait de leadership et que les provinces devaient travailler ensemble pour rehausser l'économie canadienne.

Lundi, la Colombie-Britannique a fait connaître les cinq conditions pour que la province donne son aval au projet Northern Gateway.

Ce projet prévoit la construction de deux pipelines de 1170 kilomètres chacun entre Bruderheim, en Alberta, et le port de Kitimat, en Colombie-Britannique.

Christy Clark a souligné que la province s'inquiétait de l'énormité des risques environnementaux assumés par la province et qu'elle devait en conséquence recevoir une plus grande partie de ses retombées économiques.

Les intérêts de l'Alberta sont évidents. L'Alberta en retirera beaucoup de bénéfices, et prend peu de risques alors que la Colombie-Britannique assumera beaucoup de risques avec peu de bénéfices. Une discussion s'impose.

Christy Clark, première ministre C.-B.
Alison Redford première ministre de l'AlbertaAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

La première ministre de l'Alberta, Alison Redford.


La première ministre albertaine a quant à elle noté lundi que la position du gouvernement britanno-colombien était affaiblie par le fait que les pipelines sont le moyen le plus sécuritaire de transporter le pétrole et qu'Enbridge a promis de verser un demi milliard de dollars supplémentaire pour rehausser la sécurité de son projet.


Le ministre des Affaires intergouvernementales de l'Alberta, Cal Dallas, a également exprimé son désaccord avec la première ministre britanno-colombienne.

Il affirme que l'Alberta ne demande pas sa part quand le bois britanno-colombien traverse son territoire lorsqu'il est transporté dans l'est du pays ou quand l'uranium de la Saskatchewan fait de même pour se rendre dans l'Ouest.

Brad Wall se range derrière Alison Redford à la veille du Conseil de la fédération

Le premier ministre de la Saskatchewan, Brad Wall, a fait écho à sa consoeur de l'Alberta.

Il a déclaré que donner une plus grande part des revenus du pipeline à la Colombie-Britannique créerait un précédent dangereux pour les provinces comme la sienne qui n'ont pas d'accès à la mer et de ports pour acheminer leurs biens à l'étranger.

« Impossible de dire qu'il s'agit d'une situation unique pour le pétrole », a-t-il noté. « Qu'en est-il du transport des autres minéraux? Ou encore de produits chimiques dangereux qui sont fabriqués dans un coin du Canada et sont envoyés à l'autre bout du pays? »

Les trois premiers ministres doivent participer aux réunions du Conseil de la fédération à compter de jeudi à Halifax.

Les fortes réactions aux conditions imposées pour l'approbation du projet Northern Gateway par la Colombie-Britannique lundi pourraient engendrer des tensions lors de ces rencontres.

La première ministre Alison Redford voulait saisir l'occasion de cette rencontre pour mousser l'appui à sa stratégie énergétique nationale.

Elle en avait discuté avec les autres premiers ministres de l'Ouest en mai, mais la première ministre Christy Clark n'avait pas participé à cette rencontre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie