•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le sucre combat la neurodégénérescence, mais...

Du sucre
Photo: iStockphoto
Radio-Canada

Le glucose, ou le sucre, protège contre de multiples formes de neurodégénérescence, ont démontré des chercheurs du Centre de recherche du CHUM, qui s'intéressaient aux mécanismes associés au vieillissement.

Nombre d'études ont déjà démontré que la restriction calorique, c'est-à-dire la réduction de l'apport en nourriture, est bénéfique pour la santé en général et pour l'espérance de vie.

Comme plusieurs troubles neurodégénératifs, tels que la sclérose latérale amyotrophique (SLA), l'alzheimer et le parkinson sont associés au vieillissement, les chercheurs pensaient qu'une restriction calorique retarderait aussi la manifestation de la neurodégénérescence.

La surprise fut donc de taille pour l'équipe d'Alex Parker, professeur de pathologie et de biologie cellulaire, qui a vérifié cette hypothèse en travaillant avec des vers C. elegans, qui sont utilisés pour étudier plusieurs questions biologiques.

À notre grande surprise, on a observé chez les vers traités avec des niveaux élevés de glucose une réduction importante de la neurodégénérescence, et ce, dans tous nos modèles!

Alex Parker

Le chercheur pense que les neurones malades ont un déficit énergétique et que l'apport en glucose leur fournit les ressources nécessaires pour fonctionner normalement et lutter contre la dégénérescence. Toutefois, même si les vers présentent moins de neurodégénérescence, ils vivent quand même en moins bonne santé et moins longtemps.

L'objectif est maintenant de trouver une méthode thérapeutique qui ne cible que les neurones en évitant les effets maléfiques de l'apport en glucose tels que l'obésité et le diabète.

Les chercheurs doivent donc identifier les voies génétiques impliquées dans l'effet protecteur du glucose.

Le défi sera ensuite de déterminer si ces mécanismes génétiques se trouvent aussi chez l'humain et s'ils sont affectés chez les patients atteints de maladies neurodégénératives.

Le détail de ces travaux est publié dans la revue Aging Cell.

Santé