•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les 21 sites en péril du patrimoine mondial

Radio-Canada

  • Crédits: UNESCO

    Le minaret de Djam

    Le minaret et les vestiges archéologiques de Djam font partie du patrimoine mondial en péril depuis 2002. Le minaret haut de 65 mètres avec une base octogonale de 9 mètres date du XIIe siècle. Il se situe à 215 kilomètres à l’est de la ville de Herat.

    Le minaret en brique et orné au sommet avec des inscriptions en tuile bleue est construit dans une vallée profonde qui s’ouvre entre d’imposantes montagnes au cœur de la province du Ghor.

    L’architecture innovante de ce monument a eu une influence importante sur les arts et l’architecture dans le sous-continent indien et au-delà.


  • Crédits: UNESCO

    Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan

    La vallée de Bamiyan est parsemée de monastères et de sanctuaires bouddhistes, dont l’édification se situe entre le Ier et le XIIIe siècle. Il existe également des édifices fortifiés de la période islamique.

    C’est dans cette vallée que les statues de deux bouddhas ont été détruites par les talibans en 2001. Le site a été inscrit sur la liste du patrimoine mondial en péril en 2003.

    Les monuments situés dans cette vallée représentent l’école d’art bouddhique du Gandhara.


  • Crédits: UNESCO

    Usines de salpêtre de Humberstone et de Santa Laura (2005)

    C’est dans l’un des déserts les plus arides de la planète qu’étaient installées les usines de Humberstone et de Santa Laura, à proximité du plus grand gisement de salpêtre au monde.

    Dans cet endroit, des milliers de travailleurs ont lutté durant plus de soixante ans pour la justice sociale. Ces luttes ont marqué l’histoire du pays et du continent américain.

    Le nitrate de soude produit dans ces usines a transformé l’agriculture dans les continents américain et européen.


  • Crédits: UNESCO

    Abou Mena

    Situé au sud d’Alexandrie, le site d’Abou Mena a été construit sur la tombe du martyr Ménas d'Alexandrie, mort en 296.

    L’église, le baptistère, les basiliques, les établissements publics, les rues, les monastères, les maisons et les ateliers de cette ville sainte paléochrétienne ont été conservés.

    Au cours de l’an 600, le site est devenu un lieu de pèlerinage.

    Abou Mena a été inscrit sur la liste des sites en péril en 2001.


  • Crédits: UNESCO

    Cathédrale de Bagrati et monastère de Ghélati (2010)

    Le monastère de Ghélati représente l’âge d’or de l’époque médiévale en Géorgie. La Cathédrale de Bagrati, qui fait référence au premier roi de la Géorgie unifiée, Bagrat III, a été édifiée à la fin du Xe siècle et au début du XIe.

    La cathédrale a été partiellement détruite par les Turcs en 1691. Ses ruines se situent actuellement au centre de la ville de Kutaïsi.


  • Crédits: UNESCO

    Monuments historiques de Mtskheta (2009)

    Les églises historiques de Mtskheta, ancienne capitale du royaume de Géorgie, constituent des exemples exceptionnels de l'architecture religieuse du Moyen Âge dans la région du Caucase. Elles sont le témoignage du niveau artistique atteint dans cet ancien royaume.


  • Crédits: UNESCO

    Bam et son paysage culturel (2004)

    La construction de la cité de Bam, située dans une région désertique, remonte au VIe et au IVe siècle avant Jésus-Christ.

    Bam était connue pour sa fabrication de soie et de vêtements en coton. Elle atteint le sommet de sa prospérité du VIIe au XIe siècle.

    Quelques-uns des canaux d’irrigation souterrains, les qanats, ont été préservés à Bam. Ce sont les plus anciens en Iran.


  • Crédits: UNESCO

    Assour (2003)

    La cité d’Assour a été fondée au troisième millénaire avant J.-C. Elle a été la capitale de l’empire assyrien du XIVe au IXe siècle avant J.-C.

    Assour fut un carrefour commercial international et la capitale religieuse des Assyriens, associée au dieu Assour.

    Bien que détruite par les Babyloniens, la ville a ressuscité à l'époque parthe, aux Ier et IIe siècles.


  • Crédits: UNESCO

    Ville archéologique de Samarra (2007)

    Samarra a été pendant un siècle la capitale de l’empire musulman abbasside, qui s’étendait de la Tunisie à l’Asie centrale.

    La ville, qui se situe au nord de Bagdad, témoigne d’innovations architecturales et artistiques qui se sont développées sur place et qui se sont répandues dans les autres régions du monde islamique et au-delà.

    Le minaret en spirale de la Grande Mosquée, qui date du IXe siècle, figure parmi les nombreux monuments du site. Mais 80 % de la ville est encore à mettre au jour.


  • Crédits: UNESCO

    La vieille ville et ses remparts

    Ville sainte du judaïsme, du christianisme et de l'islam, Jérusalem recèle 220 monuments historiques.

    Parmi eux, le Dôme du Rocher, construit au VIIe siècle. Il est reconnu par les trois religions monothéistes comme le lieu du sacrifice d'Abraham.

    Le mur des Lamentations sert de limite aux quartiers des différentes communautés religieuses, tandis que la Rotonde de la Résurrection abrite le tombeau du Christ.


  • Crédits: UNESCO

    Tombeau des Askia (2012)

    Le tombeau des Askia se trouve à Gao, au nord du pays, qui fut la capitale de l’empire Songhaï. Il a été construit par l’empereur Askia Mohamed en 1491.

    Contrôlant le commerce transsaharien du sel et de l’or, l’empire Songhaï a connu la prospérité aux XVe et XVIe siècles.

    Le site comprend la tombe pyramidale, les deux mosquées à toit plat, le cimetière de la mosquée et l’espace des assemblées en plein air.


  • Crédits: UNESCO

    Tombouctou

    Tombouctou a été un pôle intellectuel et spirituel islamique durant les XVe et XVIe siècles.

    L’Université coranique de Sankoré a donné une prestigieuse réputation à la ville dans toute l’Afrique.

    Les trois grandes mosquées (Djingareyber, Sankoré et Sidi Yahia) de Tombouctou sont maintenant menacées par l'avancée du sable.


  • Crédits: UNESCO

    Tombes des rois du Buganda à Kasubi

    Les tombeaux des rois du Buganda à Kasubi se trouvent dans la région de Kampala. La plus grande partie du site est une zone agricole, exploitée selon les méthodes traditionnelles.

    C’est là où se trouve l'ancien palais des Kabakas du Buganda, construit en 1882 et transformé en cimetière royal en 1884.

    Ces monuments constituent un exemple de réalisation architecturale en matériaux organiques (bois, chaume, roseaux et enduits en particulier).

    Au-delà de l’aspect architectural, l’importance du site réside dans sa valeur immatérielle faite de croyance, de spiritualité, de continuité et d'identité.


  • Crédits: UNESCO

    L’église de la Nativité et la route de pèlerinage à Bethléem

    Le lieu de naissance du Christ est situé à dix kilomètres au sud de Jérusalem. Une église y a été construite en 339 et l’édifice qui lui a été substitué après un incendie survenu au VIe siècle conserve des vestiges du sol en mosaïque du bâtiment original.

    Le site comprend également des églises et des couvents grecs, latins, orthodoxes, franciscains et arméniens ainsi que des clochers, des jardins en terrasses et une route de pèlerinage.


  • Crédits: UNESCO

    Portobelo, San Lorenzo

    Les fortifications de la côte caraïbe constituent un modèle de l'architecture militaire des XVIIe et XVIIIe siècles.

    Ces constructions faisaient partie du système de défense mis en place par le royaume d'Espagne pour protéger le commerce entre l’Europe et le continent américain.


  • Crédits: UNESCO

    Zone archéologique de Chan Chan

    La cité de Chan Chan était la capitale du royaume de Chimu.

    Elle a été la plus importante ville de l’ère précolombienne avant de succomber à la puissance inca.

    Sa construction reflète la stratégie politique et sociale du royaume Chimu. Elle est divisée en neuf citadelles ou palais qui formaient des entités indépendantes les unes des autres.


  • Crédits: UNESCO

    Le port marchand de Liverpool

    Il était l’un des plus grands centres du commerce mondial aux XVIIIe et XIXe siècles. Il est devenu au fil des ans le principal point de passage des esclaves et des immigrants vers l’Amérique.

    C’est dans ce port que s’est développée la technologie portuaire moderne.

    Le site comporte plusieurs édifices commerciaux, civils et publics importants, dont St.Georges’s Plateau.


  • Crédits: UNESCO

    Monuments médiévaux au Kosovo

    Ce sont des monuments qui montrent le sommet de la culture religieuse byzantine et romane. Le style des peintures murales qui se trouve dans les églises s'est développé dans les Balkans entre les XIIIe et XVIIe siècles.

    Le monastère Decani a été construit à la moitié du XIVe siècle par le roi de Serbie Stefan Decanski. Le Patriarcat du monastère de Pec se compose d'un groupe de quatre églises avec dômes et comportant des peintures murales. Les fresques du XIIIe siècle de l'église des Saints-Apôtres reflètent la phase mature d'un style de peinture monumental sans équivalent. Les fresques du début du XIVe siècle de l'église de la Sainte Vierge de Ljeviša marquent l'apparition d'un nouveau style, le style de la Renaissance des Paléologues de Byzance, qui combine des éléments orthodoxes orientaux et romans occidentaux.


  • Crédits: UNESCO

    Ruines de Kilwa Kisiwani et de Songo Mnara

    Ce sont des vestiges de deux ports de deux îles proches des côtes tanzaniennes.

    Les marchands de Kilwa utilisaient ces ports pour le commerce de toutes sortes de marchandises de plusieurs pays dans le monde.

    Du XIIIe au XVIe siècle, l'or, l'argent, les perles, les parfums, la vaisselle d'Arabie, les faïences de Perse et la porcelaine de Chine s’échangeaient dans ces ports.

    Une bonne partie du commerce de l’océan Indien était tenue par les marchands de Kilwa.


  • Crédits: UNESCO

    Coro et son port

    Coro est l’une des premières villes coloniales au Venezuela. Elle a été fondée en 1527 et comprend quelques 602 bâtiments historiques.

    Sa construction en terre constitue un exemple unique aux caraïbes. Son style se manifeste par la synthèse entre les traditions locales et les techniques architecturales espagnoles et néerlandaises.


  • Crédits: UNESCO

    La ville historique de Zabid

    Zabid possède une valeur architecturale et historique exceptionnelle.

    Elle a été la capitale du Yémen du XIIIe au XVe siècle.

    La ville avait une grande importance dans le monde arabe et musulman durant des siècles en raison de son université islamique.

La destruction de mausolées à Tombouctou, dans le nord du Mali, par le groupe armé islamiste Ansar Dine a conduit l'UNESCO à inscrire le site sur la liste du patrimoine mondial en péril.

Radio-Canada.ca vous présente sur cette page les 21 sites considérés par l'organisation onusienne comme étant en péril.

Roni Amelan, responsable des relations avec les médias au siège de l'UNESCO à Paris, nous explique l'action que tente l'UNESCO pour préserver ces sites. Cependant, l'organisme onusien doit admettre qu'il est parfois impuissant.