•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Repos et foulard avant la gloire

Bradley Wiggins

Bradley Briggins

Photo : AFP / LIONEL BONAVENTURE

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

À cinq jours de l'arrivée, Bradley Wiggins profitait, comme les autres participants du Tour de France, d'une dernière journée de repos avant la dernière ligne droite.

Déjà en excellente position pour remporter les grands honneurs, Wiggins a reçu un cadeau porte-bonheur de la part de son idole de jeunesse.

L'Espagnol Miguel Indurain, premier quintuple vainqueur du Tour de France de 1991 à 1995, a fait parvenir au Britannique un foulard rouge comme celui que portent les « aficionados » qui courent devant les taureaux dans les rues de Pampelune.

Quelle rivalité?

Dans un message vidéo, Indurain lui souhaite aussi bonne chance pour la suite des choses.

« C'était en espagnol, je ne parle pas espagnol, je n'ai pas tout compris, a expliqué le Britannique. En gros, il sait que j'étais un de ses admirateurs. On a un peu le même profil, il était bon aussi au contre-la-montre. Il m'a souhaité bonne chance. C'était gentil de sa part. »

Les deux hommes ont chacun bénéficié de l'appui d'une équipe solide à l'approche des étapes de hautes montagnes.

Wiggins a d'ailleurs rendu hommage à son coéquipier de Sky, Chris Froome, à qui il prédit une victoire au Tour de France dans un avenir rapproché. Il balayait du coup du revers de la main les rumeurs de rivalité malsaine entre eux.

« Cette année, j'ai été désigné pour mener l'équipe sur le Tour, j'ai endossé cette responsabilité et j'ai répondu aux attentes jusqu'à présent », a souligné Wiggins.

Interrogé sur la possibilité qu'il aide Froome dès l'année prochaine, Wiggins a répondu : « On va d'abord finir ce Tour. »

« Que ferai-je la saison prochaine si je gagne dimanche? Je dois encore penser au contre-la-montre des Jeux olympiques. Quand tout ça sera fait, je rentrerai chez moi. Je reviendrai à la réalité et j'irai acheter mon pain et mon lait... Une fois que tout sera retombé, je penserai à tout ça, je réfléchirai à mes objectifs », a-t-il expliqué.

À moins d'un incident, Wiggins n'a plus à affronter que deux étapes dans les Pyrénées et 736,5 km avant la gloire et les Champs-Élysées, dimanche. Il devance Froome par 2 min 5 s.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !