•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un criminel nazi, autrefois réfugié au Canada, retrouvé en Hongrie

Prisonniers du camp d'Auschwitz

Photo : AFP

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le criminel de guerre nazi le plus recherché, Laszlo Csatary a été retrouvé à Budapest, a indiqué dimanche le directeur du Centre Simon-Wiesenthal en Israël.

L'homme de 97 ans est accusé de complicité dans la mort de 15 700 juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale,

Condamné à mort par contumace en 1948 en Tchécoslovaquie, il s'était réfugié au Canada, à Montréal et Toronto, où il était marchand d'art sous une fausse identité. Démasqué en 1995, il aurait alors reconnu devant des enquêteurs canadiens qu'il avait participé à la déportation de juifs, tout en minimisant son rôle. Il se serait ensuite enfui en Hongrie selon Efraïm Zuroff, du Centre Simon-Wiesenthal.

Le procureur adjoint de la République à Budapest n'a pas nié ni confirmé les informations voulant que Csatary vive dans cette ville, déclarant plutôt: « Une enquête est en cours. Le Parquet étudie les informations reçues. »

Des reporters du journal britannique Sun ont retrouvé la trace de Laszlo Csatary à son domicile à Budapest, un appartement de deux pièces, avec sur la sonnette le nom de Smith. « Je n'ai rien fait, partez d'ici », a-t-il déclaré.

En avril, le centre, dont les enquêtes dans le monde entier ont permis de retrouver des dizaines de criminels nazis, avait placé Laszlo Csatary en tête de sa liste des criminels de guerre les plus recherchés au monde.

Laszlo Csatary avait été chef de la police dans le ghetto de Kosice situé aujourd'hui en Slovaquie, où 15 700 juifs avaient été assassinés ou déportés vers le camp d'Auschwitz.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !