•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des policiers de Sherbrooke devant le comité de déontologie policière

La plaignante, Bianca Desnoyers
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Trois policiers du Service de police de Sherbrooke seront cités à comparaître devant le comité de déontologie, possiblement à l'automne prochain.

Le commissaire a retenu les plaintes de deux citoyens arrêtés en août 2010 à la sortie d'un bar. Dans un premier cas, les agents Mathieu Grenier, Luc Boivin et Simon Dubé n'auraient pas respecté les droits de Bianca Desnoyers quand elle a été conduite au poste de police.

Le 27 août 2010, la femme a été arrêtée dans le stationnement du bar Le Mondial, dans le secteur Fleurimont de Sherbrooke. Les policiers auraient été appelés sur les lieux pour une querelle dans laquelle la femme n'était pas impliquée. Toutefois, elle se serait interposée dans l'arrestation d'un individu.

Elle a été arrêtée à son tour pour entrave au travail des policiers. Des bandes vidéo fournies par la plaignante montrent son arrivée au poste de police, ainsi que l'opération policière en salle d'isolement.

La Sherbrookoise se serait retrouvée à moitié nue et couchée face au sol pendant près de quatre minutes. « Ce qu'on reproche aux trois policiers, c'est de ne pas avoir respecté les droits de ma cliente alors qu'elle était sous garde et détenue. On l'a traînée par terre par les bras alors qu'elle était menottée un peu comme une poche. Rendue à l'intérieur des cellules, elle a été déshabillée et laissée là », explique l'avocat de la plaignante, Me Michel Dusseault.

Le SPS s'était défendu en indiquant que l'opération avait été réalisée selon les règles de la déontologie. Les policiers présents lors de l'arrestation attestent que la femme était intoxiquée et agitée. C'est pour cette raison qu'ils l'auraient menottée au poste de police.

Dans l'autre cas, le plaignant, Miguel Bouchard, reproche aux agents Boivin et Grenier d'avoir usé de la force, sans droit, lors de son arrestation et de l'avoir détenu illégalement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !