•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mort suspecte d'un Québécois au Costa Rica

La thèse du suicide est rejetée par les proches de Serge Gravel, rapporte Marc-Antoine Ruest.

Le séjour d'un homme de Québec au Costa Rica s'est terminé de façon tragique. Serge Gravel a été retrouvé mort le 9 juillet dans sa chambre d'hôtel.

Les circonstances entourant le décès de l'homme de 60 ans demeurent nébuleuses pour l'instant. Serge Gravel a été retrouvé mort avec trois balles à la poitrine dans la ville de Jaco Garabito.

Les autorités au Costa Rica excluent la thèse d'un meurtre. Les policiers pensent qu'il s'agirait d'un suicide, même si les résultats de l'autopsie ont démontré que Serge Gravel a reçu trois projectiles.

La soeur du défunt, Denise Gravel, s'explique mal comment cette hypothèse peut être envisagée. « Comment peut-on se tirer trois balles dans le thorax en s'enlevant la vie? Trois balles, c'est là qu'on a de la misère. Comment on fait? Ça ne se peut pas. »

La femme, qui demeure dans la région de Québec, ajoute que son frère était heureux au Costa Rica et qu'il réalisait un rêve. « Il n'y en a pas un dans la famille qui aurait pensé une fraction de seconde que Serge aurait pu s'enlever la vie. Il aimait trop vivre », affirme Denise Gravel.

La famille de Serge Gravel pense plutôt qu'il a été assassiné après un vol. L'homme avait déposé un montant d'argent dans un compte au Costa Rica, il y a 25 ans. Le but de son voyage était entre autres d'aller récupérer son investissement avec les intérêts. Serge Gravel en avait parlé à des gens là-bas et c'est ce qui aurait causé sa perte, selon sa famille.

Triste et déprimé ?

Le propriétaire de l'hôtel où logeait Serge Gravel, un autre Québécois, dit avoir vu le camionneur à la retraite la veille de sa mort. L'homme, qui préfère garder l'anonymat, le trouvait triste.

Comme la police, il croit que Serge Gravel s'est enlevé la vie. « C'était fermé par l'intérieur. La chambre était, on peut dire, hermétiquement fermée. Il n'y avait pas de fenêtre ouverte. C'était barré, il ne pouvait pas y avoir personne avec lui à l'intérieur. Il est sorti pour fermer le crochet à partir de l'extérieur. Il n'y a pas eu de vol, les choses de valeur étaient là, l'argent était là », affirme-t-il.

Serge Gravel était un camionneur à la retraite. Il avait vendu son condo au début de l'année pour voyager.

Le sexagénaire s'était installé au Costa Rica le 13 mai après un séjour en Europe.

Justice et faits divers