•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Comptes bancaires fermés : des Irano-Canadiens crient à la discrimination

Soudeh Ghasemi (à droite) se dit victime de discrimination.

Radio-Canada

Plus d'une soixantaine de Canadiens d'origine iranienne se disent victimes de discrimination. La Banque TD a fermé leurs comptes bancaires en vertu de sanctions financières imposées par le Canada à l'Iran.

Les personnes dont les comptes ont été fermés assurent qu'ils n'ont aucun lien avec le régime du président iranien Mahmoud Ahmadinejad.

La communauté iranienne, qui compte plus de 120 000 membres au Canada, est ébranlée. C'est le cas de Soudeh Ghasemi. La banque a mis fin à sa marge de crédit et a refusé de renouveler son hypothèque, lui expliquant qu'en raison de la Loi canadienne sur les mesures économiques spéciales, le Canada interdit aux institutions financières de fournir des services à toute personne qui se trouve en Iran ou dont le compte bénéficie à l'Iran.

« Ma famille et moi n'avons aucun lien avec le gouvernement iranien », soutient Mme Ghasemi. « Nous vivons ici depuis huit ans et mon père a encore un commerce là-bas. C'est tout ».

Depuis deux ans, le Canada impose à l'Iran des sanctions allant au-delà de celles de l'ONU. Ottawa estime que le Téhéran viole les engagements internationaux en poursuivant son programme nucléaire d'enrichissement d'uranium.

En janvier dernier, le gouvernement fédéral a durci ces sanctions financières, mais il continue de permettre l'envoi de sommes de moins de 40 000 $ pour usage non commercial.

Le Congrès iranien canadien ne s'oppose pas à ces sanctions, mais dénonce leurs effets sur des victimes innocentes.

Une soixantaine d'Irano-Canadiens de la Colombie-Britannique, de l'Ontario et des Maritimes ont contacté l'organisme pour se plaindre que la Banque TD avait fermé leur compte même s'ils étaient clients depuis longtemps.

La Banque TD est la seule institution financière à agir ainsi.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie