•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec épargnée par l'agrile du frêne

l'agrile du frêne

l'agrile du frêne

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'agrile du frêne n'a pas été détecté à Québec. Les pièges installés en mai n'ont pas révélé la présence de cet insecte ravageur sur le territoire de la ville.

Dans les villes où l'agrile du frêne a été aperçu, rien n'a empêché l'insecte de se propager. « On ne baisse pas la garde, on laisse les pièges là jusqu'à la fin de l'été, c'est toute la période durant laquelle l'adulte peut être actif. On va reprendre ces mesures de détection précoces chaque été pendant les prochaines années », explique Marie-Josée Coupal, du Service de l'environnement de la Ville de Québec.

À Québec, on dénombre quelque 13 200 frênes sur le territoire public, ce qui représente environ 12 % des arbres. Ce nombre n'inclut pas les frênes qui se situent sur les terrains privés. Dans le secteur de Limoilou, les frênes représentent 22 % de tous les arbres.

Arbre infesté par l'agrile du frêneAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Arbre infesté par l'agrile du frêne

Le meilleur moyen de limiter la propagation de l'agrile est de ne pas déplacer du bois de chauffage d'une ville à l'autre. La femelle de l'agrile pond ses oeufs dans l'écorce des frênes.

L'agrile est un petit coléoptère originaire d'Asie qui est présent en Amérique du Nord depuis 2002. Il a causé la mort de centaines de milliers de frênes dans le sud-ouest ontarien en quelques années seulement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !