•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Soins de santé : deux Albertains veulent pouvoir souscrire à une assurance privée

Opération (archives)

Opération (archives)

Radio-Canada

Deux Albertains demandent à la Cour du Banc de la Reine de l'Alberta d'avoir le droit de souscrire à une assurance privée pour se faire soigner dans le secteur privé pour des services médicaux comme les traitements reliés au cancer et les chirurgies cardiaques.

Les deux individus veulent que la cour oblige la province à respecter le jugement de la Cour Suprême sur le cas Chaoulli au Québec. Le plus haut tribunal du pays avait critiqué l'utilisation d'un système d'assurance médicale unique dans cette province, entre autres, parce qu'elle contrevenait à la Charte québécoise des droits et libertés en matière de sécurité de la personne.

L'un des plaignants albertains, le dentiste Darcy Allan, affirme qu'il est déterminé à se battre pour cette cause, depuis que son mal de dos l'a forcé à cesser d'exercer son métier.

« Je me couchais au sol, [durant les pauses] entre chaque patient », explique le Dr Allan. « Ou bien, vous savez, j'allais à la maison et je m'étendais sur le sol. À cette époque, ma fille était très jeune et c'était impossible de jouer avec elle », a-t-il ajouté.

Le Dr Allan affirme qu'on lui a dit qu'il devrait attendre cinq ans pour subir une intervention chirurgicale en Alberta. Au lieu d'attendre, il s'est fait soigner aux États-Unis pour une somme de 77 000 $.

Les services de santé provinciaux lui ont ensuite dit qu'il ne pouvait se faire rembourser, puisque ce type d'opération est aussi offert au Canada. Le Dr Allan souhaite donc que les Albertains aient accès à une assurance médicale privée.

« Nous avons des listes d'attente plus longue qu'en France, en Allemagne, en Autriche, au Japon et à Singapour », a souligné l'avocat des deux Albertains, John Carpay. « Le Canada, la Corée du Nord et Cuba sont les trois seuls pays dans le monde qui rendent illégal le fait pour une personne d'utiliser son argent pour bénéficier de services de santé », a-t-il ajouté.

Me Carpay espère que la réponse de la Cour du Banc de la Reine sera connue d'ici un an.

Alberta

Santé publique