•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rob Ford met fin à l'existence du Comité français de Toronto

Le maire Rob Ford

Le maire Rob Ford a inspecté l'autoroute Gardiner, vendredi.

Photo : Annie Poulin

Radio-Canada

Le maire de Toronto a décidé de ne pas renouveler le mandat du Comité français de la métropole, dont le sort était en suspens depuis plus d'un an.

L'organisme qui avait comme mandat d'assurer la liaison entre la communauté francophone et l'Hôtel de Ville faisait partie d'une liste de plus de 20 groupes consultatifs qu'un rapport municipal avait qualifiés de superflus en 2011.

Le maire Ford ne mentionne même pas le comité français dans un autre document qui sera étudié par le conseil municipal en juillet. Il confirme cependant l'existence de 16 autres comités et la création de quatre nouveaux groupes cet automne.

L'ancienne présidente du comité français, Clarisse Ngana, s'est dite déçue de la décision de Rob Ford, estimant qu'il est dommage que le maire puisse prendre une telle décision. À son avis, le premier magistrat de la Ville balaie du revers de la main les francophones de Toronto.

Volonté

Peter MilczynAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le conseiller municipal Peter Milczyn

À la suite de cette décision, certaines personnes laissent entendre que la communauté francophone n'a pas fait les efforts nécessaires pour assurer la survie du groupe.

En avril 2011, le conseiller Peter Milczyn, qui siégeait au comité français, avait promis de tenter de le sauver du couperet, même s'il avait alors admis que le groupe devait devenir plus actif pour justifier son budget annuel d'un peu plus de 15 000 $.

Aujourd'hui, l'assistante du conseiller M. Milczyn, Susan O'Connor, a affirmé que son patron a offert aux membres de l'ancien comité de les parrainer pour qu'ils aient accès à une salle de réunion. Selon elle, les anciens membres du groupe n'ont jamais renvoyé de lettre démontrant leur intérêt. Elle a par ailleurs souligné qu'elle n'a constaté aucun effort de la part de l'organisation pour se faire connaître auprès du maire depuis avril 2011.

Mme Ngana a par ailleurs dit espérer que quelques francophones assisteront à la prochaine réunion du conseil municipal pour manifester leur désaccord.

Ontario

Francophonie