•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Seize milliards $ assortis de conditions pour l'Afghanistan

La secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, serre la main du président afghan, Hamid Karzaï, sous le regard du ministre japonais des Affaires étrangères, Koichiro Gemba, le 8 juillet, à Tokyo.

Photo : AFP / BRENDAN SMIALOWSKI

Radio-Canada

La communauté internationale a promis de fournir 16 milliards de dollars d'aide civile à l'Afghanistan d'ici 2015 pour l'aider à franchir l'étape du départ des forces de l'OTAN. Cette aide est toutefois assortie de strictes conditions (Nouvelle fenêtre) en termes de gouvernance et de respect des droits des femmes.

Des représentants de près de 80 pays et d'organisations internationale comme la Banque mondiale et la Banque asiatique de développement étaient réunis à Tokyo, au Japon, pour discuter de l'aide à verser à l'Afghanistan, ravagé par des décennies de guerre.

L'aide financière ne devrait pas se tarir après 2015, puisque les donateurs se sont engagés à continuer à financer le pays lors des années subséquentes, « à un niveau égal ou proche des aides envoyées lors de la décennie passée », ont-ils expliqué dans une déclaration adoptée à l'unanimité.

La banque centrale d'Afghanistan estime les besoins annuels à au moins 6 milliards de dollars.

La communauté internationale avait déjà promis de fournir au pays 4,1 milliards de dollars chaque année pour ses seules dépenses de sécurité, lors d'une précédente réunion à Chicago. La nouvelle aide promise dimanche s'ajoute donc à cette somme.

Plusieurs responsables ont averti en effet des risques inhérents à un abandon du pays à son sort.

« Ne pas investir dans la gouvernance, la justice, les droits de l'homme, l'emploi et le progrès social pourrait réduire à néant l'investissement et les sacrifices conduits depuis 10 ans », a ainsi prévenu le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Le président afghan, Hamid Karzaï, a tenu à remercier la communauté internationale pour son engagement et appelé les donateurs à participer à la lutte contre la corruption. « Je voudrais remercier tous ces pays, toutes ces organisations qui ont promis de soutenir l'Afghanistan », a déclaré M. Karzaï devant la presse.

Le Canada versera une somme supplémentaire de 227 millions de dollars à l'Afghanistan entre 2014 et 2017, notamment pour renforcer le respect des droits et de la participation des femmes dans la société afghane, a annoncé dimanche le secrétaire parlementaire de la Défense nationale, Chris Alexander, à Tokyo. Ces fonds s'ajoutent à l'engagement initial de 300 millions de dollars que le Canada a promis de remplir entre 2011 et 2014.

Pressions pour la création d'un véritable État de droit

Les autorités afghanes étaient soucieuses de s'assurer d'une aide financière civile pour la période cruciale qui suivra le retrait de l'OTAN à la fin 2014, treize ans après le début de l'intervention internationale sous égide américaine qui avait chassé les talibans du pouvoir.

« L'Afghanistan continue d'être gravement menacé par le terrorisme et l'extrémisme », a souligné le président afghan Hamid Karzaï.

D'ailleurs, 18 civils ont encore été tués dimanche dans l'explosion de trois bombes artisanales dans la province instable de Kandahar, au sud du pays.

Toutefois, la secrétaire d'État américaine, Hillary Clinton, a souligné que « la sécurité de l'Afghanistan ne se mesurera pas seulement à l'absence de conflit », mais également à sa capacité à créer des « emplois et des opportunités économiques ».

L'Afghanistan demeure très dépendant de l'aide internationale. Les quelque 30 millions d'Afghans constituent l'une des populations les plus pauvres du monde, avec un produit intérieur brut de 528 $ par habitant en 2010-2011, d'après la Banque mondiale.

Après avoir dépensé des dizaines de milliards de dollars en aide civile depuis dix ans, les nations présentes à Tokyo ont manifesté une certaine impatience face à une administration afghane accusée d'être notoirement corrompue et de traîner les pieds sur le respect des droits élémentaires.

La déclaration de Tokyo a été assortie d'un « accord-cadre de responsabilité mutuelle », selon lequel les Afghans devront fournir, dès le début 2013, un calendrier précis des préparatifs des élections prévues en 2014 et 2015, et accroître la lutte contre la corruption en renforçant la lutte contre le trafic de drogue.

La déclaration enjoint aux autorités afghanes en outre « d'assurer que les femmes puissent jouir pleinement de leurs droits économiques, sociaux, civils, politiques et culturels », et « d'améliorer l'accès à la justice pour tous, en particulier pour les femmes ».

Par ailleurs, la secrétaire d'État américaine a confirmé samedi le statut d'« allié majeur non membre de l'OTAN » pour l'Afghanistan. Ce statut facilitera pour le pays l'acquisition de matériel militaire.

Avec les informations de Agence France-Presse, La Presse canadienne, et Reuters

International