•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fin des consultations publiques en santé au N.-B.

La ministre de la Santé, Madeleine Dubé.

La ministre de la Santé, Madeleine Dubé.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les consultations sur la santé, qui se sont déroulées depuis le 18 juin dernier au Nouveau-Brunswick, ont pris fin avec une réunion publique à Woodstock, jeudi.

Ces consultations organisées par la ministre de la Santé, Madeleine Dubé, visaient à recueillir les solutions des citoyens pour améliorer le système de santé dans la province. Une vidéo dressant un portrait sombre du secteur de la santé au Nouveau-Brunswick était présentée au public.

À la réunion de jeudi, la ministre de la Santé a rappelé que les coûts en santé prennent une part toujours plus grande des dépenses publiques, et que la situation devrait s'aggraver avec le vieillissement de la population. Les personnes âgées, qui occupent aujourd'hui un quart des lits d'hôpitaux au Nouveau-Brunswick, pourraient les occuper tous en 2021, selon les prévisions du ministère de la Santé.

Selon le directeur général du Conseil de santé du Nouveau-Brunswick, Stéphane Robichaud, la situation actuelle démontre que des changements s'imposent dans le secteur de la santé.

Il faut changer la façon dont on travaille. Ce ne sera pas facile, ça voudra dire déplacer des gens, ça voudra dire changer des façons de travailler à partir de nos professionnels de la santé.

Stéphane Robichaud, directeur général du Conseil de santé du N.-B.

Le ministère a souligné que les Néo-Brunswickois sont en moins bonne santé que le reste des Canadiens. Les deux principales causes, selon la province, sont le mode de vie et la pauvreté des citoyens.

Des citoyens présents à la réunion jeudi ont suggéré de penser aux plus démunis pour améliorer l'état de santé des Néo-Brunswickois. Une résidente a notamment suggéré d'imposer une taxe sur la malbouffe, pour décourager la malnutrition.

Le rapport sur les consultations sera prêt en septembre. La ministre Madeleine Dubé entend présenter sa réforme des soins de santé au début de l'an prochain.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie