•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les consultations sur le bilinguisme au Canada : peu de personnes répondent à l'appel

Langues officielles
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La série de consultations sur la dualité linguistique lancée par le ministre du Patrimoine canadien, James Moore, le 22 mai dernier à Moncton soulève l'intérêt des organismes communautaires francophones au Manitoba, mais peu de citoyens répondent à l'appel en leur nom personnel.

Le questionnaire en ligne n'a attiré que 800 Canadiens seulement depuis le début des consultations, il y a plus d'un mois.

Pourtant, la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada (FCFA) a appelé à la mobilisation des francophones par une vidéo YouTube en proposant des questions à poser au gouvernement et en détaillant les enjeux sur un site Internet.

La directrice du Centre culturel franco-manitobain, Sylvianne Lanthier, fait de son côté la promotion de la consultation en ligne grâce au site Facebook.

Elle avance que le processus permettra de développer la prochaine stratégie fédérale 2012-2018 sur les langues officielles.

De son côté, Philippe Richer de l'Association des juristes d'expression française du Manitoba prévoit participer aux consultations. « Que ce soit un gouvernement conservateur ou libéral, le gouvernement, c'est le gouvernement, et il fait la consultation. Nous participons », explique-t-il.

Le gouvernement n'a pas encore révélé le calendrier des rencontres prévues avec les communautés, mais celle de Winnipeg pourrait avoir lieu en juillet.

Ailleurs dans l'Ouest

Le ministre du Patrimoine canadien s'est arrêté à Edmonton (Nouvelle fenêtre) à la fin juin, dans le cadre de cette consultation.

En Saskatchewan, l'Assemblée communautaire fransaskoise (ACF) a fortement incité les Fransaskois à participer aux consultations.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !