•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Terrace Bay Pulp redémarre : 275 emplois sauvés

La papetière de la compagnie Terrance Bay Pulp

La papetière de la compagnie Terrace Bay Pulp

Photo : Martine Laberge

Radio-Canada

L'usine de pâte à papier Terrace Bay Pulp, située à Terrace Bay dans le nord-ouest de l'Ontario, est sur le point de reprendre ses activités.

Le groupe indien, Aditya Birla, achète les immobilisations de l'usine inactive, sous réserve de l'approbation de la Cour. La multinationale prévoit investir plus de 250 millions $ pour convertir les installations dans le but de produire de la pâte de bois dissolvante pour fabriquer de la fibre de rayonne. C'est un textile utilisé dans la fabrication de vêtements, notamment.

Selon la province, 275 emplois seront ainsi sauvés à l'usine, 335 emplois du secteur forestier et 1 300 emplois indirects dans l'ensemble de la province.

Près de 300 travailleurs avaient été mis à pied le 30 novembre 2011.

Terrace Bay Pulp devait plus de 42 millions $ à ses créanciers et s'était placé sous la protection des tribunaux.

Kumar Mangalam Birla heureux de sa décision

Le président du Groupe Aditva Birla, Kumar Mangalam Birla est convaincu que sa décision est la bonne. « L'acquisition de l'usine de Terrace Bay et sa conversion en une usine de pâte dissolvante constitue un immense pas stratégique pour notre entreprise dans un secteur où nous sommes un chef mondial. Une fois convertie, l'usine de Terrace Bay fournira une pâte de qualité supérieure pour la production de notre fibre de viscose. » poursuit-il.

Selon le ministre des Richesses naturelles, Michael Gravelle, cette reprise ouvrira la voie au mouvement vers la nouvelle bioéconomie. « Notre gouvernement a toujours recherché les occasions d'établir des collectivités dans le Nord et continuera de le faire. »

Réactions locales

Le maire de Terrace Bay, Mike King, se dit heureux d'apprendre la réouverture de l'usine. C'est une excellente nouvelle, dit-il, pour sa collectivité.

Un conseiller municipal de Terrace Bay et employé à l'usine, Gino Leblanc, entrevoit l'avenir avec optimisme. « Je pense que c'est vraiment excitant. Le produit va être entièrement utilisé aux usines Birla, ça veut dire qu'on ne sera pas sur le marché libre. » Il poursuit: « que contrairement à l'ancien propriétaire, Kimberly Clark, il n'y aura pas une multitude de contrats, signés avec d'autres compagnies comme se fut le cas au cours des six dernières années. »

La conversion de l'usine prendra au moins deux ans, peut-être deux ans et demi, mais les quelque 275 travailleurs devraient être rappelés dès l'automne.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Industrie forestière

Économie