•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Université Carleton a contribué à la découverte du boson de Higgs

L'Université Carleton a construit un calorimètre qui a servi dans l'accélérateur de particules du CERN.
L'Université Carleton a construit un calorimètre qui a servi dans l'accélérateur de particules du CERN.

Des chercheurs et des étudiants de l'Université Carleton, à Ottawa, ont participé à une importante découverte scientifique, celle du boson de Higgs. En tout, plus de 3000 scientifiques au monde ont contribué à cette découverte.

Le docteur Gerald Oakham, qui a coordonné le projet Atlas pour l'Université Carleton, souligne que les scientifiques travaillent sur ce projet depuis 30 ans. Il se réjouit de la découverte qui constitue, selon lui, le premier indice confirmant l'existence du boson de Higgs.

Dans les laboratoires de Carleton, les chercheurs ont construit une pièce d'équipement du grand détecteur de particules, un calorimètre de quatre tonnes. Le projet a mobilisé une vingtaine de chercheurs et étudiants de Carleton pendant sept ans.

Il s'agit d'un travail de grande précision. « Comme tout prototype, il y a beaucoup de pièces nouvelles. Il y a des applications où la radiation peut endommager les composantes. Donc, c'était assez exigeant », explique Philippe Gravelle, un technicien de laboratoire au département de physique qui a travaillé à la construction du calorimètre.

La découverte du boson de Higgs répond à des questions fondamentales sur l'origine de la matière. « Dans notre théorie de l'univers, comment la matière s'est formée, les propriétés des différentes particules sont très importantes, souligne Thomas Grégoire, physicien des particules et professeur à l'Université Carleton. Le fait de savoir si oui ou non il y a un boson de Higgs peut jouer un rôle. Ça va sûrement nous aider à comprendre. »

Thomas Grégoire, physicien des particules à l'Université Carleton.Thomas Grégoire, physicien des particules à l'Université Carleton.

Pourquoi est-ce qu'il y a plus de matière que d'antimatière? [...] Ça va nous aider à apporter des éléments de réponse, même s'il reste beaucoup de travail pour comprendre tout ça.

Thomas Grégoire, physicien des particules et professeur à l'Université Carleton

Le boson de Higgs constitue l'ultime pièce du Modèle standard à avoir été observée. Ce modèle, une théorie de la structure fondamentale de la matière élaborée dans les années 1960, décrit toutes les particules et forces dans l'Univers.

D'après le reportage de Rachel Gaulin.

Ottawa-Gatineau

Science