•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Félix-d'Otis : une école axée sur le plein air, la nature et le développement durable

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
L'école Saint-Félix, de Saint-Félix-d'Otis

L'école Saint-Félix, de Saint-Félix-d'Otis

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'école Saint-Félix changera de vocation en septembre pour offrir aux élèves de la maternelle à la sixième année un nouveau projet éducatif axé sur le plein air, la nature et le développement durable.

Au moins deux heures par semaine, les élèves seront amenés en plein air. Cela s'ajoute aux deux heures d'éducation physique déjà prévues au programme.

La directrice de l'école Saint-Félix, Brigitte Bellemare, souligne que l'objectif du projet est de garder la petite école de la municipalité ouverte. « D'aller rechercher nos élèves qui vont à l'école à La Baie et aussi d'aller chercher une clientèle d'enfants qui ne fonctionnent pas dans une pédagogie traditionnelle », indique-t-elle.

Depuis 1998, le nombre d'élèves est passé de 84 à 39 à l'école primaire de Saint-Félix-d'Otis.

Le programme, élaboré par le spécialiste en plein air et éducation Mario Bilodeau, comprend de la randonnée pédestre, du canot, de la raquette en forêt, tout en enseignant le français, les mathématiques et l'anglais.

« Le milieu naturel devient une extension de la classe, un laboratoire d'apprentissage, c'est un projet qui va être un projet modèle pour d'autres écoles élémentaires », soutient M. Bilodeau.

Un enseignant en éducation physique sera embauché à temps plein.

Un parent, Allan Perron, croit que de faire bouger les élèves peut contribuer à garder les garçons à l'école. « C'est un projet novateur et je suis bien content de la direction que prend l'école pour faire bouger les enfants », dit-il.

Une chercheuse de l'Université du Québec à Chicoutimi profitera du projet-pilote de deux ans pour documenter la motivation des garçons.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !