•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les prostituées ont besoin de permis à Saskatoon

Une prostituée au bord d'un trottoir
Radio-Canada

Les commerces ou personnes qui proposent des services sexuels pour adultes consentants à Saskatoon doivent désormais se munir d'un permis auprès des autorités de la Ville des Ponts.

La nouvelle réglementation, en vigueur depuis le 1er juillet, veut avant tout empêcher la prostitution des jeunes de moins de 18 ans.

La loi s'applique aussi bien aux maisons closes qu'aux prostituées indépendantes.

Pour obtenir le permis valable d'un an, les entrepreneurs doivent payer 500 $ et remplir un formulaire qui demande le nom, l'âge, l'adresse et un numéro de téléphone de chaque personne concernée.

La municipalité veut également une preuve d'autorisation de travailler au Canada.

Aucune demande

« Nous n'avons encore rien reçu », affirme Alan Wallace, le directeur de la planification et du développement auprès de la Ville de Saskatoon.

La municipalité estime pourtant qu'au moins cinq à dix entreprises connues de la Ville, telles que des salons de massage ou des agences d'accompagnement, doivent faire une demande de permis.

Elle ne sait pas combien de prostituées indépendantes pourraient répondre aux nouveaux critères administratifs.

Un nouvel emplacement

Saskatoon veut aussi que les commerces sexuels soient relégués à des zones industrielles, loin des quartiers résidentiels.

« Ils devront être à 160 mètres des maisons, des écoles, des parcs et des installations récréatives », précise Alan Wallace.

Pour ce faire, le conseil municipal votera une deuxième réglementation sur le sujet le 18 juillet prochain.

Des contraventions en vue

Des amendes pouvant atteindre 5 000 $ et trois mois de prison sont prévus pour ceux qui ne respectent pas la loi.

Ces sanctions ne seront cependant pas appliquées en juillet, afin de permettre aux entrepreneurs de se rendre compte des changements en cours.

Des visites policières leur rappelleront néanmoins les modifications municipales.

Saskatchewan

Affaires municipales