•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les maires de villes riveraines du Saint-Laurent et des Grands Lacs réunis à Québec

Fleuve Saint-Laurent à Québec
Fleuve Saint-Laurent à Québec
Radio-Canada

Le Congrès de l'Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent (AGLSL) s'est ouvert mardi à Québec. La prolifération d'espèces exotiques envahissantes dans le fleuve Saint-Laurent est au coeur de cette rencontre, qui réunit une cinquantaine de maires de villes riveraines du Canada et des États-Unis.

La prolifération d'espèces envahissantes est causée, entre autres, par les rejets d'eau de navires étrangers. Ceux-ci remplissent d'eau leur cale avant de partir afin de se donner du poids pendant leur voyage en mer. Une fois arrivés à destination, ils se délestent de ce poids en déversant cette eau.

Ce déversement provenant de l'étranger peut avoir des conséquences importantes et provoquer l'introduction d'espèces envahissantes qui viennent bouleverser les écosystèmes locaux, comme la carpe asiatique.

« Un autre grand danger qui est tout à fait insoupçonné, que nous ne connaissons pas, c'est la carpe asiatique. Actuellement, la carpe asiatique est arrêtée dans la rivière Illinois, près de Chicago, et la grosse bataille actuellement est de s'assurer qu'elle n'atteigne pas les Grands Lacs. Auquel cas, ça ferait des dégâts extraordinaires », a souligné le maire Labeaume.

Régis Labeaume, maire de QuébecRégis Labeaume, maire de Québec

Institut international d'aquaresponsabilité

Par ailleurs, le maire de Québec a dévoilé les détails de son projet d'Institut international d'aquaresponsabilité. Il a expliqué que ce projet est un concept québécois lié au traitement des eaux et à leur purification, mais aussi à leur gestion, qu'on voudrait plus municipale.

Le maire a expliqué que ce concept mise davantage sur le travail des villes pour la protection des cours d'eau, le Saint-Laurent et les Grands Lacs représentant 20 % des réserves d'eau douce mondiales.

Régis Labeaume veut donc profiter de la présence à cette rencontre de plusieurs maires pour faire la promotion de la protection de cette richesse au niveau municipal. Le but, ajoute-t-il, est que les villes s'unissent pour mettre plus de pression sur les autres paliers de gouvernements afin qu'il y ait plus d'investissements dans la protection de ces cours d'eau.

Le Congrès de l'AGLSL est un événement annuel qui permet d'échanger sur les défis liés à la protection des cours d'eau. Au terme du congrès de 2012, le maire Labeaume deviendra le vice-président de l'AGLSL. Il en sera, en principe, le président en 2013.

L'AGLSL regroupe notamment les villes de Chicago, Milwaukee, Hamilton et Montréal. Toronto n'en fait toutefois pas partie.

Québec

Société