Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le nouveau gouvernement grec veut un délai pour appliquer le plan d'austérité

Le nouveau premier ministre grec Antonis Samaras

Le nouveau premier ministre grec Antonis Samaras

Photo : AFP / Panagiotis Tzamaros

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le nouveau gouvernement de coalition grec a demandé samedi un délai d'au moins deux ans pour mettre en oeuvre le plan d'austérité réclamé par les créanciers internationaux de la Grèce, l'Union européenne et le Fonds monétaire international, en échange de leur aide financière.

Selon sa déclaration politique rendue publique samedi, le gouvernement composé de Nouvelle démocratie (ND, droite) du PASOK (socialiste) et de la Gauche démocratique souhaite étendre d'au moins deux ans, jusqu'à la mi-2016, le délai nécessaire pour mettre en oeuvre les réformes d'ajustement budgétaires, notamment fiscales. Il s'agit de « soutenir la demande, le développement, et l'emploi », selon le communiqué gouvernemental.

L'objectif général est de réduire le déficit « sans nouvelles coupes dans les salaires, les pensions ou le programme d'investissement public », mais en luttant « contre le gaspillage, la corruption et l'évasion fiscale », ajoute le gouvernement.

Il a par ailleurs annoncé un gel des suppressions de fonctionnaires, tandis que les accords salariaux collectifs seront rétablis aux « niveaux définis par les lois sociales européennes ». Le gouvernement d'Antonis Samaras va également revoir les réductions du salaire minimum, abaissé de 22 % plus tôt dans l'année à environ 580 euros par mois.

L'accord de coalition entre Nouvelle Démocratie, le PASOK et le parti de la Gauche démocratique a été conclu mercredi, après les législatives du 17 juin. Le gouvernement de M. Samaras avait fait savoir jeudi qu'il demanderait une renégociation de certains aspects du plan d'aide, sans remettre en cause « la direction européenne du pays ou sa présence dans l'euro ».


Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !