•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le « gros centre » enfin trouvé

Alex Galchenyuk

Alex Galchenyuk

Photo : La Presse canadienne / AP Photo/Keith Srakocic

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

PITTSBURGH - Marc Bergevin et Trevor Timmins répètent depuis des mois qu'ils souhaitent repêcher le meilleur joueur disponible, et non pas en fonction de leurs besoins. Ils ont finalement fait d'une pierre deux coups.

Un texte de Guillaume Lefrançois (Nouvelle fenêtre)

Le Canadien a jeté son dévolu sur le centre Alex Galchenyuk, du Sting de Sarnia, avec le 3e choix du repêchage de la LNH vendredi.

« C'est un sentiment incroyable, a dit l'Américain d'origine bélarussienne. J'avais l'impression qu'ils me choisiraient, il y avait plusieurs rumeurs. Mais on ne le sait jamais. Je suis vraiment fier de porter ce chandail. »

À 1,83 m (6 pi) et 90 kg (198 lb), Galchenyuk pourrait être ce centre offensif de gros gabarit que le Tricolore recherche depuis si longtemps. David Desharnais et Tomas Plekanec peuvent rendre de précieux services, mais le gabarit ne fait pas partie de leurs atouts.

« C'est une bonne combinaison [des besoins et du meilleur joueur] », a admis Timmins.

Selon Bergevin, Galchenyuk était l'homme ciblé depuis son arrivée à la barre de l'équipe.

« Le feeling, je l'ai eu au camp d'évaluation à Toronto. Quand il est revenu à Montréal, ça a renforcé ce que je pensais de lui. Mais quand il est parti à Toronto, j'ai regardé Trevor et j'ai dit... », a raconté Bergevin, avec un visage qui en disait long sur son intérêt pour le joueur.

Le nouveau venu du CH, lui, n'a pas l'intention de s'asseoir sur son statut de 3e choix.

« Je viens d'être repêché par le Canadien, il n'y a plus de vacances! Je retourne au gymnase dans deux jours », a-t-il mentionné.

Galchenyuk souhaite évidemment aider le Tricolore la saison prochaine. Mais Timmins a cherché à réduire les attentes. « Je ne veux pas lui imposer cette pression. On verra », a-t-il dit.

Le genou guéri?

Coéquipier de Nail Yakupov à Sarnia, Galchenyuk n'a disputé que huit matchs, dont six dans les séries éliminatoires, cette saison. Il avait subi une déchirure ligamentaire au genou gauche au camp préparatoire.

« Je sais ce que j'apporte à une équipe, les dépisteurs le savaient. J'ai joué quelques matchs en fin de saison. Et au camp d'évaluation, j'ai montré que mon genou était à 100 %. Je savais qu'il n'y aurait pas de problème. »

N'eût été cette blessure, qui l'a empêché de se mettre en valeur, Galchenyuk aurait pu être sélectionné au 1er rang, selon plusieurs observateurs.

« C'est guéri à 100 %. Je me suis tanné des questions. J'ai travaillé tellement fort. Je suis pleinement remis. »

Le directeur du recrutement du Canadien, Trevor Timmins, a par ailleurs rappelé que Marian Hossa avait subi une blessure identique chez les juniors, après avoir été repêché au 12e rang par Timmins, qui était alors avec les Sénateurs. Il n'avait pas regretté son choix.

« Il est revenu plus fort et plus rapide qu'avant », a rappelé Timmins.

En 2010-2011, Galchenyuk avait amassé 83 points (31 buts, 52 passes) en 68 matchs avec le Sting, à sa première année junior. Il avait été le tout premier choix au repêchage de la Ligue de l'Ontario (OHL).

Déjà un ami

Galchenyuk ne sera pas entièrement en terrain inconnu dans le vestiaire du Canadien. Il a connu P.K. Subban il y a deux ans et est un bon ami du jeune frère de Subban, Malcolm, gardien des Bulls de Belleville.

« Nous sommes restés en contact grâce à Facebook, a mentionné Subban. Je lui ai envoyé un message cette semaine, je lui ai dit que je souhaitais qu'on le repêche. »

Subban y a été d'une comparaison plutôt audacieuse.

« Il me rappelle Evgeni Malkin. Il est costaud, il a d'excellentes mains, il voit bien le jeu et il est capable de marquer. »

L'athlète de 18 ans ne sera pas non plus entièrement dépaysé dans les rues de Montréal, puisqu'il a vécu quelques années dans la partie francophone de la Suisse, où il a appris le français. Il en a perdu avec le temps, mais compte bien s'y remettre. « Je recommence mes cours de français dans deux jours », a-t-il lancé à la blague.

Né à Milwaukee, Galchenyuk a également vécu en Suisse, en Allemagne, en Italie, au Bélarus et en Russie.

À noter :

  • Marc Bergevin a laissé savoir qu'il s'était informé auprès des Penguins au sujet de Jordan Staal, mais que le prix demandé était trop élevé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !