•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2,5 M$ pour étudier la pauvreté autochtone à Winnipeg

Chargement de l’image

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'Alliance de recherche du Manitoba reçoit 2,5 millions de dollars sur sept ans du Conseil de recherche en sciences humaines du Canada (CRSH) pour étudier la pauvreté autochtone au centre-ville de Winnipeg.

L'étude se fera sur le terrain avec l'aide des organismes communautaires qui proposeront des solutions.

Le directeur du Ogijiita Pimatiswin Kinamatwin, un organisme de soutien aux autochtones qui participera à l'étude, croit que les groupes comme le sien sont les mieux placés pour comprendre la réalité et proposer des recommandations.

Dans les huit dernières années, deux études financées par le CRSH se sont intéressées à la pauvreté au coeur de Winnipeg, mais celle-ci qui s'étend sur sept ans permettra une meilleure compréhension du phénomène, selon Lynne Fernandez, chercheuse de l'Alliance.

L'Alliance de recherche du Manitoba (Manitoba Research Alliance) est un projet de 5 ans qui vise à trouver des solutions aux problèmes de la pauvreté et de l'exclusion sociale que vivent les communautés autochtones et du centre-ville. L'Alliance est gérée par le Centre canadien de politiques alternatives (CCPA).

L'étude permettra même de sortir de Winnipeg et d'observer le phénomène dans d'autres communautés, selon un communiqué publié par le CCPA.

Toutefois, un professeur de service social à l'Université de Saint-Boniface, David Alper, estime que les fonds qui y sont consacrés sont plutôt minces. « C'est très peu d'argent, mais ça permet de mettre un peu en lumière ce qui marche », soutient-il.

Le problème de fond de la pauvreté reste toutefois entier, selon lui, et ce ne sont pas que les autochtones qui en souffrent dans la ville. « Beaucoup de non-autochtones vivent la pauvreté au centre-ville et ont de la difficulté à trouver un logement et un emploi », affirme-t-il.

David Alper s'inquiète aussi parce que le gouvernement fédéral cesse de financer des projets communautaires qui combattent la pauvreté, selon lui.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !