•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moody's décote 15 banques, dont la RBC

Site web de Moody's

Site web de Moody's (archives)

Photo : AFP / Joël Saget

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'agence de notation Moody's a annoncé jeudi qu'elle abaissait la note de 15 grandes banques occidentales, en raison de leur grande exposition à la volatilité des marchés boursiers.

La Banque Royale du Canada (RBC) est la seule institution financière canadienne à faire partie de cette liste. Sa note passe de Aa1 à Aa3, avec une perspective stable. En décembre 2010, la note accordée par Moody's à la Banque Royale était passée de Aaa à Aa1.

L'agence de crédit explique sa décision, dévoilée après la fermeture des marchés, par l'importance des activités internationales de la Banque Royale, particulièrement aux États-Unis. Dans un communiqué, la Banque Royale avance que la baisse de sa note par Moody's n'aura pas d'impacts pour ses clients et peu de conséquences sur ses activités.

La note de crédit sert d'indice aux investisseurs sur la capacité d'un emprunteur à honorer ses engagements. Concrètement, ces banques pourraient avoir plus de difficultés à se financer avec ces notes moindres.

Aux États-Unis, la Bank of America, JP Morgan Chase, Citigroup, Goldman Sachs et Morgan Stanley ont aussi été décotés par Moody's. En France, BNP Paribas, la Société Générale et le Crédit Agricole ont été dégradés de deux crans. En Grande-Bretagne, la HSBC, Barclays et RBS ont été visés par Moody's, tout comme la Deutsche Bank, en Allemagne, et les groupes suisses UBS et Credit Suisse.

La décision de Moody's était attendue depuis que l'agence avait placé sous surveillance, à la mi-février, les notes de crédit de 17 grandes banques. Elle expliquait alors que leurs notes ne reflétaient pas la dégradation des conditions de financement, le durcissement de la réglementation dans le secteur bancaire et la détérioration de leurs conditions d'activité. La RBC était alors du nombre des institutions ciblées par Moody's.

Avec les informations de La Presse canadienne, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !