•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des chercheurs demandent des volontaires dans le nord du Nouveau-Brunswick

Laboratoire
Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des chercheurs qui tentent de déterminer pourquoi les habitants de région atlantique ont les plus hauts taux de cancer au pays étendent leur étude dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Le projet La Voie Atlantique cherche 2000 bénévoles prêts à remplir un questionnaire et donner des échantillons de sang et d'ongles.

Jusqu'à maintenant, les responsables ont recueilli ces informations offertes par 8000 participants, principalement dans le sud de la province. La diversité des participants est très importante, souligne Tony Loring, l'un des gestionnaires du projet.

« Dans une étude comme celle-ci, les résultats dépendent sur le fait d'avoir un peu de tout le monde dans l'étude. Alors même si on fait une étude sur le cancer, on ne vise pas juste des gens qui ont eu le cancer, ou non seulement juste des gens qui ne l'ont pas eu. Vraiment, il faut avoir un peu de tout le monde. C'est la force de cette étude », explique Tony Loring.

Une invitation pour recruter des participants a été envoyée à 11 000 personnes dans le nord du Nouveau-Brunswick.

Des participants des régions de Grand-Sault et d'Edmundston se rendront la semaine prochaine à des cliniques mobiles, qui seront installées dans ces villes.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Acadie