•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un canton suisse légalise le suicide assisté

Mourir dans la dignité
Radio-Canada

Les citoyens du canton de Vaud, dans l'ouest de la Suisse, ont accepté dimanche par voie de référendum de légaliser le suicide assisté dans les établissements de santé sous certaines conditions. C'est une première dans ce pays.

Les Vaudois ont dit oui à près de 60 % à la proposition du gouvernement. 35 % ont voté non.

C'est la première fois que l'aide au suicide, tolérée partout en Suisse, sera inscrite dans une loi. La législation prévoit certaines réserves et un encadrement légal afin notamment d'éviter une « banalisation du suicide », ainsi que des « dérapages ».

Le médecin devra vérifier la capacité de discernement de la personne, que celle-ci souffre d'une maladie ou de séquelles d'accident graves et incurables. D'autres options, telles que des soins palliatifs, devront également être discutées avec elle.

L'aide au suicide repose sur une zone grise en Suisse. Le gouvernement fédéral a refusé de légiférer sur la question.

Jusqu'à présent, seuls les citoyens du canton de Zurich s'étaient prononcés sur cette question. En 2011, ils avaient rejeté deux initiatives, l'une visant à restreindre les suicides assistés et l'autre à les interdire.

La pression en faveur du suicide assisté est particulièrement forte dans ce canton en raison de la présence de deux grandes organisations, Exit et Dignitas, qui ont accompagné plus de 500 personnes en fin de vie, l'année dernière à l'échelle de la Suisse.

Malgré les polémiques suscitées par ce que certains appellent le « tourisme de la mort » de personnes qui viennent terminer leur jour en Suisse en raison de l'interdiction du suicide assisté dans leur pays, ainsi que l'opposition de milieux chrétiens, l'assistance au suicide bénéficie d'un large soutien dans la population suisse, comme le confirment les sondages et les scrutins populaires.

Trois pays européens (les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg) et trois États américains (l'Oregon, Washington et le Montana) permettent le suicide assisté.

Débat légal autour du suicide assisté au Canada

Au Canada, il est illégal d'aider ou d'encourager une personne à se suicider, sous peine d'un maximum de 14 ans d'emprisonnement.

Toutefois, vendredi, la Cour suprême de la Colombie-Britannique a déclaré que la loi canadienne interdisant le suicide assisté est inconstitutionnelle. La Cour a accordé une exemption à Gloria Taylor pour permettre à cette malade de 63 ans d'avoir recours à un suicide assisté, si elle le souhaite. Mme Taylor est atteinte d'une maladie neurodégénérative incurable.

Avec les informations de Associated Press, et Swissinfo

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International