•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le dernier appel de Julian Assange rejeté par la Cour suprême britannique

Julian Assange fait face à des accusations de viol et d'attentat à la pudeur en Suède

Julian Assange fait face à des accusations de viol et d'attentat à la pudeur en Suède.

Photo : AFP / GEOFF CADDICK

Radio-Canada

La Cour suprême britannique a refusé jeudi de réexaminer l'appel du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, contre son extradition vers la Suède, où il est soupçonné d'agressions sexuelles.

La Cour suprême avait donné, le 30 mai, son feu vert à l'extradition de l'Australien de 40 ans, mais sa défense avait obtenu à la surprise générale un délai pour présenter une éventuelle demande de réouverture du dossier, pour une raison procédurale.

La Cour lui accorde toutefois un délai de 14 jours pour qu'il puisse porter sa cause devant la Cour européenne des droits de l'homme, son ultime recours.

Accusé par deux Suédoises de viol et d'agression sexuelle, Julian Assange est arrêté en décembre 2010 en Grande-Bretagne puis assigné à résidence.

Le fondateur de WikiLeaks nie ces accusations. Il affirme qu'il a eu des relations sexuelles avec ses accusatrices, mais qu'elles étaient consenties.

En août 2010, M. Assange avait déclaré que les accusations portées contre lui ne visaient qu'à le réduire au silence, laissant entendre qu'il était victime d'une machination orchestrée par le Pentagone.

WikiLeaks a diffusé fin 2010 des dizaines de milliers de notes diplomatiques du département américain d'État.

Les avocats de Julian Assange craignent que leur client, une fois extradé en Suède, soit transféré vers les États-Unis où il serait passible de la peine de mort pour divulgation de secrets d'État.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

International