•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Déversement en Alberta : du pétrole sera aspiré du côté est de la rivière Red Deer

La rivière Red Deer, en Alberta, polluée par un déversement de pétrole

La rivière Red Deer, au nord de Sundre, polluée par un déversement de pétrole

Photo : Isabelle Damphousse

Radio-Canada

La prochaine étape de l'opération de nettoyage de la fuite de son pipeline sera la construction d'une station pour aspirer plus de pétrole du côté est de la rivière Red Deer, a affirmé mardi le porte-parole de Plains Midstream, Stephen Bart.

Près de 475 000 litres de pétrole se sont déversés dans un ruisseau tributaire de la rivière Red Deer, le 7 juin, près de Sundre.

M. Bart estime que cette station d'aspiration prendrait trois ou quatre jours à construire et qu'il faudrait ensuite deux jours pour aspirer la majorité des résidus de pétrole.

« Notre priorité est de nettoyer la rivière, le plus rapidement possible pour la communauté », a-t-il affirmé.

Un centre d'information ainsi qu'une ligne téléphonique ont été mis sur pied pour répondre aux questions des résidents.

La qualité de l'air et de l'eau est constamment évaluée par la compagnie, promet Plains Midstream.

Les opérations de nettoyage se poursuivent également dans le lac Gleniffer.

Les opérations de confinement

Plus de 170 personnes ont été affectées au nettoyage et au rétablissement, a affirmé l'entreprise Plains Midstream, lundi, dans un communiqué.

Des employés du gouvernement étaient également sur place.

L'entreprise a soutenu que la majeure partie du déversement avait été entraînée par le courant de la rivière vers le lac Gleniffer, où elle serait contenue.

Le déversement a été maîtrisé à l'aide d'une barrière flottante, a-t-elle ajouté. Une écrémeuse a servi à récupérer le pétrole du lac, et des tampons ont été utilisés pour éponger le pétrole sur les lieux du déversement.

En outre, l'entreprise a fait savoir que des répulsifs pour animaux avaient été utilisés pour tenir la faune éloignée de l'eau.

À la recherche d'une cause

L'origine de l'incident demeure inconnue, mais le porte-parole de Plains Midstream a affirmé que le pipeline en cause était surveillé. Il n'a pas confirmé les affirmations voulant que l'oléoduc soit en état de désuétude.

Selon Mark Hudema, un militant de Greenpeace en matière de sables bitumineux, l'âge avancé du pipeline, construit il y a 46 ans, aurait pu contribuer à l'accident.

M. Hudema a rappelé que le vérificateur de la Saskatchewan s'était inquiété des risques d'accidents associés aux oléoducs de plus de 40 ans, il y a un mois.

Toutefois, la Régie des ressources énergétiques de l'Alberta a expliqué que les infrastructures pétrolières étaient inspectées régulièrement et que même si un pipeline avait été construit il y a plusieurs années, ses pièces avaient été remplacées souvent au fil du temps.

M. Louis Fradette, professeur au département de génie chimique de l'École polytechnique de Montréal, estime que les entreprises n'ont aucun intérêt à laisser leurs pipelines se détériorer.

« Il n'y a personne qui est gagnant quand il y a un bris comme ça. Ne serait-ce que pour leur propre image, mais aussi pour la sécurité », a avancé le professeur Fradette.

Les résidents et les guides d'excursions craignent des répercussions à long terme

L'annonce, par l'entreprise Plains Midstream, que la majeure partie du déversement était maintenant maîtrisée dans le lac Glennifer n'a pas rassuré les résidents qui habitent près de ce lac, ni les guides qui y conduisent de nombreux touristes chaque année.

Le lac est une destination prisée pour la pêche et le tourisme et certains résidents ont exprimé leurs craintes que le pétrole n'ait tué des insectes et contaminé des aires fréquentées par les poissons pour y pondre leurs oeufs.

« Ils doivent demeurer sur place pour surveiller ce qui se passe dans ce lac, aussi longtemps qu'il le faudra », a souligné lundi un guide de l'entreprise Tailwater Drifters, Garry Pierce.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Environnement