•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Grande insécurité alimentaire en Corée du Nord

Le leader de la Corée du Nord, Kim Jong-Un, prononce un discours pour célébrer le 66e anniversaire de l’Union des enfants coréens, le 6 juin.

Le leader de la Corée du Nord, Kim Jong-Un, prononce un discours pour célébrer le 66e anniversaire de l’Union des enfants coréens, le 6 juin.

Photo : AFP / KNS

Radio-Canada

En Corée du Nord, un tiers des enfants de moins de cinq ans sont atteints de rachitisme, une maladie de la croissance, à cause de la malnutrition, selon un rapport de l'ONU.

Un grand nombre d'enfants souffrent aussi de diarrhée chronique parce qu'ils n'ont pas accès à l'eau potable ni à de bonnes conditions d'hygiène.

« J'ai vu des bébés qui devraient être capables de se tenir assis, qui n'étaient pas capables de le faire, et qui pouvaient à peine tenir une bouteille de lait dans leurs mains », explique le coordinateur de l'ONU basé à Pyongyang Jérôme Sauvage.

Dans ce pays d'Asie-Pacifique, les deux tiers de la population dépendent des rations de nourriture distribuées par l'État deux fois par mois, rapportent six agences de l'ONU sur place. Ces rations comprennent généralement de l'orge, du maïs ou du riz. Ainsi, de nombreux enfants grandissent sans manger de protéines, explique Jérôme Sauvage.

Ces conditions de vie déplorables sont surtout observées en région rurale, au-delà de la ville de Pyongyang, qui est relativement prospère.

Les agences onusiennes disent avoir besoin de 203 millions de dollars canadiens pour poursuivre leurs activités cette année. En mai, date à laquelle l'étude a été produite, elles n'avaient reçu que 40 % de cette somme.

L'ONU souligne également dans son rapport que le pays ne connaît aucune amélioration de sa situation économique. Le système de santé « est dans un état désastreux », selon l'ONU, qui note de fréquentes coupures de courant dans les hôpitaux et observe que moins de 30 % des médicaments de base sont disponibles.

De plus, les catastrophes naturelles, comme les inondations et les glissements de terrain, aggravées par la déforestation, mettent en danger un grand nombre de vies humaines dans ce pays.

La Corée du Nord n'est pas près d'atteindre les objectifs de développement du millénaire, soit une réduction de la mortalité infantile, une amélioration de la santé des mères et le recul de plusieurs maladies. L'ONU considère que seuls des changements dans la politique économique du pays pourraient mettre fin aux pénuries alimentaires, mais d'ici là, l'organisation internationale prône l'aide alimentaire pour sauver des vies humaines.

Pas d'aide sans désarmement

La Corée du Sud était jusqu'en 2008 le principal donateur d'assistance alimentaire pour la Corée du Nord. Mais lorsque le parti conservateur du président Lee Myung-bak a pris le pouvoir, il a mis fin à la distribution inconditionnelle de l'aide, pour la lier plutôt à une progression du processus de désarmement nucléaire de la Corée du Nord.

La Corée du Sud a indiqué mardi qu'elle n'avait toujours pas l'intention de reprendre à court terme la distribution d'aide alimentaire et d'engrais à la Corée du Nord.

Par ailleurs, en avril dernier, la Corée du Nord a lancé un missile de longue portée, sabordant du coup un accord avec les États-Unis qui s'apprêtaient à lui fournir 240 000 tonnes d'aide alimentaire en échange d'un moratoire sur les essais nucléaires et les essais de missiles.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

International