•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un faible taux de testostérone accroît les amas de graisse dans le bas du corps

Un homme avec un surplus de poids
Photo: iStockphoto
Radio-Canada

Une étude de l'Université Concordia révèle qu'un faible taux de testostérone entraîne une modification des cellules adipeuses dans le bas du corps, mais pas dans le haut du corps.

L'étude, qui se penche sur la façon dont la testostérone détermine l'endroit où les graisses corporelles sont entreposées dans le corps, montre que le stockage se fait différemment chez les hommes qui présentent un taux de testostérone peu élevé. Chez ces derniers, comme chez les femmes, les graisses se logent davantage dans les hanches et les cuisses.

Pour en arriver à ces conclusions, Sylvia Santosa, professeure adjointe au Département des sciences de l'exercice de l'Université Concordia, et le Dr Michael Jensen, de la clinique Mayo du Minnesota, ont fait prendre aux sujets de l'étude un repas liquide contenant un indicateur radioactif.

Ils ont ensuite prélevé des échantillons de gras dans l'abdomen et les cuisses de leurs sujets dans le but de déterminer quelle proportion des corps gras contenus dans le repas était emmagasinée par l'organisme. Ils ont découvert que les sujets masculins qui présentaient un taux de testostérone peu élevé accumulaient plus de graisses dans les cuisses que ceux dont le taux était normal.

Mme Santosa et M. Jensen ont aussi analysé certaines des protéines responsables de la décomposition et du stockage des graisses. Ils sont arrivés à la conclusion que le taux d'une protéine qui contribue à piéger le gras dans les cellules était beaucoup plus élevé dans les cellules des cuisses des sujets masculins au faible taux de testostérone.

Selon les deux chercheurs, les conclusions de leur étude peuvent servir de signal d'alarme pour plusieurs hommes. Comparativement aux personnes dont le gras s'accumule dans les hanches et les cuisses, celles qui ont la malchance d'emmagasiner les graisses au niveau du ventre sont beaucoup plus exposées aux maladies cardiovasculaires, au diabète et à d'autres problèmes de santé liés à l'obésité.

À l'heure actuelle, les chercheurs se soucient principalement de comprendre pourquoi les personnes ont la morphologie qu'elles ont. Nous ne pourrons trouver des moyens de traitement et de prévention qu'en répondant à cette question.

Professeure Sylvia Santosa

En contrepartie, les hommes qui présentent un faible taux de testostérone pourraient souffrir d'un déséquilibre du système de stockage des graisses susceptible de rendre leurs cellules malades.

Science