•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Thérapie Zamboni: aucun bienfait selon une nouvelle étude

Les résultats de l'étude ont été dévoilés jeudi.

Le Dr. William Pryse-Phillips, neurologiste et directeur de l'étude a dévoilé, jeudi en conférence de presse, les résultats de l'étude.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les patients soumis à la thérapie Zamboni pour soulager les symptômes de leur sclérose en plaques n'en ont retiré aucun bienfait mesurable.

C'est ce que conclut une étude, subventionnée par le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, dont les résultats ont été dévoilés jeudi.

Cette thérapie a été mise au point par le médecin italien Paulo Zamboni, qui maintient que la sclérose en plaques est causée par l'obstruction de veines dans le cou, et qu'il ne s'agit pas d'une maladie neurodégénérative comme le croit la médecine moderne.

Le gouvernement de la province a dévoilé les résultats, à Saint-Jean, et annoncé qu'il ne défraiera pas les coûts associés à ce traitement.

L'étude s'est penchée sur le cas de 30 patients qui ont subi le traitement et 10 autres qui ont subi un traitement placebo.

Les chercheurs ne savaient pas quel patient appartenait à quel groupe au moment de les examiner.

Les participants ont été soumis à une série de tests physiques et cognitifs au début de l'étude, puis trois, six et 12 mois après le début du traitement.

Les chercheurs n'ont constaté aucun bénéfice mesurable, même si les patients eux-mêmes ont rapporté un sentiment de bien-être plus élevé.

Selon le docteur Zamboni, l'obstruction de veines au niveau du cou entraîne une accumulation de sang riche en fer dans le cerveau, ce qui se traduit par les symptômes associés à la sclérose en plaques.

Le chercheur principal de l'étude canadienne, le docteur William Pryse-Philipps, a déclaré que les conclusions invalident cette théorie.

Déception

Les personnes atteintes de sclérose en plaques comme Mark Lane, sont déçues des conclusions de l'étude.

« J'aurais aimé que la ministre nous dise aujourd'hui qu'ils ont trouvé un traitement qui fonctionne. Mais je sais que cela n'est pas le cas, que ce procédé ne guérit pas et que j'ai toujours la maladie », a expliqué M. Lane.

M. Lane croit toutefois que cette étude est importante pour la science et qu'il s'agit d'un pas dans la bonne direction.

Le gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador avait fourni les 400 000 $ nécessaires à la réalisation de l'étude.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !