•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Procès Delisle : la défense plaide la thèse du suicide

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

La défense a terminé se plaidoirie, mercredi après-midi, au procès de l'ex-juge Jacques Delisle, accusé du meurtre prémédité de sa femme Nicole Rainville.

L'avocat de la défense s'est attaqué aux conclusions des experts de la Couronne lors de sa plaidoirie. Me Jacques Larochelle a plaidé devant une salle comble au palais de justice de Québec.

Vidéos à l'appui, l'avocat de Jacques Delisle a soutenu que les expertises en balistique réalisées par la Couronne ont été bâclées pour conclure au meurtre de Nicole Rainville. Me Jacques Larochelle a ainsi tenté de prouver au jury que toutes les façons de tenir l'arme et les angles de tir possibles n'ont pas été étudiées.

Plus tôt, Me Larochelle a expliqué au jury que le mobile invoqué par la Couronne durant le procès ne tient pas la route. Le ministère public croit que Jacques Delisle a tué son épouse malade pour aller refaire sa vie avec sa maîtresse et éviter un divorce qui lui aurait coûté près de 1,5 million de dollars.

Jacques Delisle et son avocat Me Jacques Larochelle.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Jacques Delisle et son avocat Me Jacques Larochelle.

Me Larochelle a plutôt expliqué que l'accusé aurait pu tenter de placer son épouse dans une résidence, ce qu'il n'a pas fait. L'avocat de la défense maintient qu'il n'existe aucune preuve que Jacques Delisle était prêt à rejoindre sa maîtresse au prix d'un meurtre.

L'avocat de Jacques Delisle a aussi soutenu que Nicole Rainville se trouvait dans un état dépressif depuis son accident vasculaire cérébral en 2007 et qu'elle avait des idées noires.

D'entrée de jeu, Me Larochelle a aussi rappelé au jury que le fardeau de la preuve repose sur les épaules de la Couronne qui doit prouver la culpabilité de l'accusé au-delà de tout doute raisonnable. La défense n'a pas à prouver que Nicole Rainville s'est suicidée.

Thèse du meurtre

Jeudi, la Couronne va plutôt faire valoir lors de sa plaidoirie que Nicole Rainville n'a pas pu se suicider en novembre 2009 compte tenu de son état physique. Me Steeve Magnan soutient la thèse que Jacques Delisle a tué sa femme pour des motifs financiers et amoureux.

Après la plaidoirie de la Couronne au palais de justice de Québec, le juge Claude Gagnon va préparer ses directives qu'il donnera, plus tard, aux membres du jury. Les délibérations des huit hommes et quatre femmes, pour décider du sort de Jacques Delisle, pourront ensuite commencer.

C'est la première fois au pays qu'un juge fait face à l'accusation la plus grave du Code criminel.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !