•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La SLA en cinq points

Corps-humain-general

Photo : iStockphoto

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Quand la maladie a-t-elle été découverte?

Médecins et anatomistes s'intéressent à cette maladie dès la première moitié du XIXe siècle.

Le médecin français Jean-Martin Charcot décrit pour la première fois avec précision les symptômes et les lésions observées dans la moelle, à partir de 1869. Il nomme la maladie sclérose latérale amyotrophique. Plus tard, la maladie portera son nom, en France.

La SLA devient « célèbre » aux États-Unis en 1939, lorsque l'étoile du baseball Lou Gehrig prend sa retraite et meurt deux ans plus tard de la maladie, qui portera désormais son nom dans ce pays.

Des percées importantes concernant des gènes et des molécules possiblement liés à la maladie sont effectuées depuis les années 1990.

Quelles sont les causes de la SLA?

On ignore encore les causes de la maladie. Dans environ 5 % à 10 % des cas, il peut exister une prédisposition génétique familiale.

La SLA fait partie des maladies neurodégénératives, comme l'alzheimer, le parkinson et la maladie de Huntington.

Quels sont les symptômes de la SLA?

Les cellules nerveuses du cerveau et de la moelle épinière qui contrôlent les muscles moteurs dégénèrent et meurent, ce qui entraîne graduellement une paralysie totale de la personne atteinte, alors que ses facultés intellectuelles demeurent vives et intactes.

La plupart du temps, la paralysie commence aux extrémités des membres, pour s'étendre à l'ensemble des muscles moteurs. L'amyotrophie, c'est-à-dire la diminution du volume des muscles, s'installe, en raison du manque de stimulation nerveuse et d'utilisation. S'ensuivent une faiblesse, des spasmes, de la difficulté à marcher, à avaler et à parler, ainsi que des problèmes respiratoires.

La SLA entraîne généralement le décès dans les trois à cinq ans suivant le diagnostic. De 10 % à 15 % des patients peuvent cependant vivre quelque 10 ans après le diagnostic.

La maladie peut frapper n'importe qui, n'importe quand, sans égard à l'âge, au sexe ou à l'origine ethnique. L'incidence est toutefois plus grande entre 50 et 75 ans.

Quels sont les traitements et l'état de la recherche?

La maladie est incurable. Les seuls traitements proposés sont des traitements palliatifs, visant à soulager le malade et à ralentir l'aggravation des symptômes.

La recherche sur la SLA porte actuellement sur les prédispositions génétiques, les agents infectieux (comme les virus), les toxines environnementales et les changements immunitaires qui pourraient être à l'origine de la maladie.

Combien de personnes en souffrent au Canada et au Québec?

Près de 3000 Canadiens en sont présentement atteints. Entre 500 et 700 personnes sont touchées par la maladie au Québec.

La SLA est la cause la plus courante de décès des suites d'une maladie neurologique au Canada.

Juin a été désigné mois de sensibilisation à la sclérose latérale amyotrophique.

Des personnes célèbres atteintes de SLA

  • Le physicien britannique Stephen Hawking, toujours en vie, dont la maladie a été diagnostiquée au début des années 1960;
  • L'ancienne vedette des Alouettes de Montréal, Tony Proudfoot, décédé en décembre 2010;
  • Le joueur de baseball américain Lou Gehrig, décédé en 1941 - la maladie porte désormais son nom aux États-Unis;
  • Le musicien de jazz américain Charles Mingus, décédé en 1979;
  • La Canadienne Sue Rodriguez, dont la bataille juridique et son suicide assisté en 1994 ont suscité un débat important entourant le droit de mourir dans la dignité.

Liens et ressources

Site de la Société de la sclérose latérale amyotrophique du Québec (Nouvelle fenêtre)

Site de la Société canadienne de la sclérose latérale amyotrophique (Nouvelle fenêtre)

Les recherches portant sur la SLA (Société canadienne de la sclérose latérale amyotrophique) (Nouvelle fenêtre)

Guide pour les personnes vivant avec la SLA (Société canadienne de la sclérose latérale amyotrophique) (Nouvelle fenêtre)

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !