Vous naviguez sur le site de Radio-Canada

Aide à la navigation
Début du contenu principal
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Début des festivités du jubilé de diamant de la reine Élisabeth II

Chargement de l’image

La reine Élisabeth II au début de la cérémonie du jubilé du diamant.

Photo : AP/Sang Tan

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les festivités du Jubilé de diamant de la reine Élisabeth II d'Angleterre ont officiellement débuté samedi matin. Jusqu'à mardi, la Grande-Bretagne fête les 60 ans de l'accession au trône de la souveraine, âgée de 86 ans.

Élisabeth II a succédé à l'âge de 27 ans à son père George VI, décédé le 6 février 1952. Avec 60 ans de règne, elle approche du record de longévité détenu par la reine Victoria, qui resta sur le trône britannique plus de 63 ans, de 1837 à 1901.

Les membres du régiment royal, dont les célèbres Horse Guards, ont tiré 41 coups de canon en hommage à la reine. Passionnée d'équitation, elle s'est rendue dans l'après-midi à l'hippodrome d'Epsom, à 25 km au sud de Londres, pour assister au Derby, une des courses hippiques les plus prestigieuses du pays.

Accompagnée de son époux, le prince Philip, des ses fils, les princes Andrew et Edward, et de deux de ses petites-filles, les princesses Beatrice et Eugenie, la reine en manteau bleu pervenche et chapeau assorti a salué les quelque 130 000 spectateurs présents. Ils ont assisté, avant la course, à une démonstration des Diables Rouges, parachutistes de l'armée britannique.

Dimanche, une grande parade nautique avec la participation de 1000 navires descendra la Tamise, avant un concert lundi devant le palais de Buckingham, avec notamment Elton John et Paul McCartney.

Mardi, une messe en la cathédrale Saint-Paul de Londres, une réception aux Communes, une traversée de la capitale en carrosse et une apparition au balcon de Buckingham Palace sont au programme de la souveraine. Tout au long des quatre jours de festivités, divers pique-niques et fêtes de quartier seront organisés, en dépit d'une météo prévoyant un temps frais et humide.

La reine ne joue aucun rôle dans la vie politique. Mais elle reste appréciée de nombreux sujets, qui saluent sa constance, son sens du devoir et voient en elle un symbole de cohésion nationale.

Pour les Britanniques, explique Alan Watson, membre de la Chambre des Lords et auteur d'un ouvrage sur Élisabeth II, le jubilé est une occasion joyeuse de voir la reine comme un symbole de stabilité. « Ces 60 années ont été des années de changements majeurs au Royaume-Uni », observe-t-il. « Le pays a perdu son empire et n'est plus aux premiers rangs. Je pense réellement qu'elle et ce qu'elle représente a facilité ces changements. »

La reine a surmonté des moments difficiles avec ses enfants, dont les mariages et divorces ont fait la joie des tabloïds. Elle est en outre parvenue à faire oublier le faux pas de 1997, après la mort de la princesse Diana dans un accident de voiture à Paris. Elle avait en effet mis plusieurs jours à réagir publiquement à ce décès, donnant une impression de froideur et de ne pas partager la peine de ses sujets.

Le jubilé d'or, en 2002, avait déjà suscité l'enthousiasme des Britanniques, qui se souviennent avec émotion au spectacle qu'avait offert un million de personnes rassemblées devant le palais de Buckingham pour acclamer leur reine. Dix ans plus tard, le palais espère une nouvelle démonstration d'amitié mardi, lorsque culmineront ces quatre jours de festivités avec l'apparition de la reine au balcon, en compagnie de ses enfants, petits-enfants et arrière-petits-enfants.

Winston Churchill était premier ministre quand Élisabeth II a accédé au trône en 1952. Elle a connu depuis 12 chefs de gouvernement britanniques, dont l'actuel, David Cameron, n'était pas né à l'époque. M. Cameron a rendu hommage à l'« extraordinaire énergie physique, l'énergie mentale » de la reine, « et par dessus tout son dévouement à son peuple, aux institutions de ce pays, à la façon dont fonctionne la démocratie ».

Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !