ICI Radio-Canada

Vous naviguez sur le nouveau site

Aide à la navigation
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Radio-Canada

Les négociations sont à nouveau rompues entre les étudiants et le gouvernement, les positions des deux parties semblant inconciliables.

Voici les propositions faites de part et d'autre au cours de ces derniers jours de négociations.

LE GOUVERNEMENT
Les offres du gouvernement pendant la négociation.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les offres du gouvernement pendant la négociation.

Le gouvernement a d'abord proposé d'atténuer de 35 $ la hausse de 254 $ par année pendant 7 ans. Cette offre a été unanimement rejetée par les étudiants.

La ministre de l'Éducation, Michelle Courchesne, a ensuite offert de réduire à 100 $ l'augmentation des droits de scolarité pour la première année, puis de compenser le manque à gagner en diminuant les crédits d'impôt pour les études. Pour les années subséquentes, la hausse de 254 $ aurait été maintenue, pour un total de 1624 $ sur sept ans.

Québec suggérait parallèlement la tenue d'un forum réunissant les acteurs de l'éducation, mais aussi des milieux socio-économiques et communautaires et visant à discuter de la qualité de l'éducation, de la gestion, du financement et de l'avenir des universités.

LES ÉTUDIANTS
Offres des étudiants pendant les dernières négociations avec le gouvernement.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Offres des étudiants pendant les dernières négociations avec le gouvernement.

Les étudiants ont de leur côté proposé d'annuler la hausse des deux prochaines années avec une mesure « à coût nul » pour les contribuables, soit en réduisant le crédit d'impôt sur les études post-secondaires.

En avril, le gouvernement avait annoncé l'ajout de 39 millions de dollars en bourses, une mesure financée en faisait passer ce crédit d'impôt de 20 % à 16,5 %. Les étudiants proposaient une nouvelle baisse de 3 % de ce crédit pour dégager une somme de 30 millions de dollars pour financer leur proposition.

Selon la ministre Courchesne, cette mesure aurait été injuste pour les élèves du secondaire professionnel et les étudiants du collégial qui font un DEC technique, qui bénéficient présentement eux aussi de ce programme.

Les étudiants ont aussi proposé de dégager d'autres sommes en réduisant les subventions liées au régime d'épargne-études, une mesure fiscale qui encourage les familles québécoises à épargner pour les études de leurs enfants et de leurs petits-enfants.

Selon Martine Desjardins, présidente de la FEUQ, la ministre Courchesne n'a pas regardé la dernière proposition que les représentants étudiants comptaient présenter jeudi. Le co-porte-parole de la CLASSE, Gabriel Nadeau-Dubois, a précisé que les associations avaient de leur côté préparé quatre offres en tout.

La FEUQ a précisé sur Twitter qu'elle ferait connaître le détail des offres au cours des prochains jours.

MESURES PRÉCÉDENTES

Avant cette dernière négociation, le gouvernement avait avancé un certain nombre de mesures pendant le conflit étudiant. En voici un résumé graphique :

Les premières offres du gouvernement dans le conflit étudiant.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les premières offres du gouvernement dans le conflit étudiant.

Les autres mesures mises de l'avant par le gouvernement pendant le conflit.Agrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Les autres mesures mises de l'avant par le gouvernement pendant le conflit.

Politique