•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Alberta : le choix d'une firme d'avocat de Calgary est questionné

La première ministre de l'Alberta, Alison Redford, et son ministre de la Santé, Fred Horne

La première ministre de l'Alberta, Alison Redford et le ministre de la Santé, Fred Horne, ont annoncé mercredi que la province poursuivra les compagnies de tabac.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2012 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'opposition questionne le fait qu'une part de la poursuite de 10 milliards de dollars qu'intentera le gouvernement de l'Alberta sera menée par un cabinet d'avocats de Calgary dont l'un des associés est l'ancien mari de la première ministre Alison Redford.

Robert Hawkes est partenaire de la firme Jensen, Shawa, Solomon, Duguid, Hawkes, un des cabinets chargé de ce dossier, selon les informations du réseau anglophone de Radio-Canada. Il a aussi dirigé l'équipe de transition de Mme Redford lorsque celle-ci a été élue à la direction du parti Progressiste-Conservateur de l'Alberta (PC).

Après que la première ministre eut annoncé ses intentions mercredi, un communiqué du gouvernement a simplement mentionné que la poursuite serait menée par un consortium de cinq firmes de l'Alberta, de l'Ontario et des États-Unis.

Le porte-parole de l'opposition en matière de justice, Shayne Saskiw a soulevé le doute que posait ce lien entre la poursuite et le choix de la firme Jensen, Shawa, Solomon, Duguid, Hawkes.

« Les millions de dollars [que retireront les firmes de leur travail], il apparaît, seront donnés aux amis du parti », a estimé jeudi le député du parti Wildrose, qui entend demander aux conservateurs d'expliquer le choix de la firme.

Pour sa part, l'associé principal de la firme, Carsten Jensen, a affirmé « n'être au courant d'aucune politique dans le processus ».

« Je ne fais pas de politique. Mes deux associés [qui travailleront sur la cause] ne font pas de politique », a assuré l'avocat.

Ce dernier a précisé qu'il n'a pas rencontré Mme Redford pour discuter du processus de sélection et que M. Hawkes ne travaillera pas sur la poursuite.

En outre, le porte-parole du ministère de la Justice, Dan Laville, a soutenu que les cinq firmes ont été retenues après un processus indépendant et ouvert d'appel d'offres achevé en juin 2011.

Il a affirmé que le processus incluait la vérification de toute situation de conflit d'intérêts.

Mme Redford a été ministre de la Justice de l'Alberta durant une partie du processus de sélection, avant de devenir chef du PC en octobre 2011. Elle s'était retirée de son poste de ministre en février de cette année-là, pour participer à la course à la direction de son parti.

Les conservateurs ont reçu des dons de la part d'une compagnie de tabac

Par ailleurs, le réseau anglais de Radio-Canada a appris que le PC a reçu un total de 23 575 $ en dons de la part de l'entreprise National Smokeless Tobacco Ltée, en 2007, 2009, 2010 et 2011. L'entreprise distribue entre autres les marques Skoal et Copenhagen.

Les documents financiers remis à Élections Alberta et obtenus par CBC indiquent que le parti a accepté de l'argent en 2011, alors qu'il faisait l'objet de pression pour qu'il vende ses parts dans des compagnies de tabac et qu'il développe sa stratégie de réduction du tabagisme.

« Est-ce pour cela que le gouvernement a mis autant de temps pour poursuivre les compagnies de tabac ? » a demandé la députée libérale d'Edmonton-Centre, Laurie Blakeman.

« Pour être gentille, je dirais que c'est de l'ironie. Pour être plus féroce, je dirais que c'est de l'hypocrisie », a-t-elle jugé.

National Smokeless Tobacco Ltée a aussi donné 850 $ au parti Wildrose.

Lee Hagen, directeur du groupe antitabac Action on Smoking and Health, estime que les partis politiques devraient rendre l'argent reçu et cesser d'accepter des dons de la part de telles compagnies.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !