•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le premier ministre défend les groupes gais-hétérosexuels

Dalton McGuinty

Dalton McGuinty

Radio-Canada

Le gouvernement ontarien persiste et signe, au lendemain d'une sortie publique de l'archevêque catholique de Toronto contre les alliances gaies-hétérosexuelles dans les écoles.

Selon le cardinal Collins, les écoles catholiques devraient pouvoir choisir leur propre façon de lutter contre l'homophobie.

En vertu d'amendements au projet de loi provincial sur l'intimidation à l'école, les directeurs perdront leur droit de regard sur le nom donné aux groupes d'élèves dans leur établissement.

Le premier ministre McGuinty, lui-même un catholique, répond qu'un nom a de l'importance et que son gouvernement veut rassurer les jeunes qu'ils seront acceptés, peu importe leur orientation sexuelle. M. McGuinty ajoute qu'il représente toutes les confessions et les non-croyants.

Le cardinal CollinsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Le cardinal Thomas Collins

Photo : Radio-Canada/Christian Grégoire

Divisions

Le NPD appuie les amendements au projet de loi sur l'intimidation, alors que les conservateurs accusent le gouvernement libéral d'outrepasser son champ de compétence en enchâssant l'appellation « alliance gaie-hétérosexuelle ».

De leur côté, les partisans de ces groupes de soutien affirment que leur objectif est d'appuyer les jeunes qui vivent une crise d'identité sexuelle et les élèves victimes d'intimidation à cause de leur orientation sexuelle.

Plus de 60 % des élèves ontariens disent avoir été témoins d'intimidation à l'endroit de camarades homosexuels.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Croyances et religions

Politique